Provided by: squashfs-tools_2.2r2-2ubuntu2_i386 bug

NAME

       mksquashfs - Crée ou modifie un système de fichiers compressé Squash

SYNOPSIS

       mksquashfs [-version]

       mksquashfs source... dest [options] [-e list of exclude dirs/files]
                  [-ef exclude_file]

DESCRIPTION

       Squashfs est un système de fichiers compressé,  accessible  en  lecture
       seulement.  Utilisez  la  commande  mksquashfs  pour  créer  un nouveau
       système de fichiers de ce type ou pour ajouter des données à un système
       existant.

       Si  on  ne  donne  qu’un seul répertoire source (i.e. mksquashfs source
       sf_rsultant), on obtiendra un système de fichiers constitué du contenu
       de ce répertoire source.

       Si on fournit plusieurs fichier(s) ou répertoire(s) sources, mksquashfs
       créera un seul système de fichiers qui contiendra tous les  répertoires
       et fichiers source. Le nom de chaque répertoire obtenu sera le nom sans
       chemin daccs de chaque répertoire source ; En cas de noms identiques,
       les doublons seront renommés en xxx_1, xxx_2, etc.

       L’argument   dest   peut  être  soit  un  fichier  classique,  soit  un
       périphérique de type bloc (comme un disque ou  une  partition).  Si  le
       fichier  n’existe  pas,  il sera créé ; s’il existe déjà et contient un
       système de fichiers Squashfs, mksquashfs rajoutera les sources  données
       à son contenu actuel, sauf si l’option -noappend est précisée.

       Il  existe  un  grand  nombre  d’options qui permettent de contrôler la
       compression de mksquashfs. Les valeurs par  défaut  sont  de  loin  les
       optimales et ne devraient être modifiées qu’exceptionnellement !

       Les  options  -noI,  -noD  et -noF (équivalentes à -noInodeCompression,
       -noDataCompression et -noFragmentCompression)  peuvent  être  utilisées
       pour  obliger mksquashfs à ne pas comprimer respectivement les i-noeuds
       et  répertoires,  les  blocs  de  données  et  les  blocs  de   données
       fragmentés. Si l’on utilise ces trois options, on obtient un système de
       fichiers non comprimé.

       Par défaut, les fichiers contenus dans le système de fichiers  résultat
       ont le même propriétaire et groupe que les fichiers sources. Toutefois,
       mksquashfs propose certaines options pour modifier ce comportement :

       ·  Les options -all-root et -root-owned (synonymes)  forcent  tous  les
          fichiers  du système de fichiers Squashfs généré à appartenir à root
          (utilisateur et groupe). Elle permet de  construire  un  système  de
          fichiers  appartenant  à root sans avoir un accès à ce compte sur la
          machine où on le construit.

       ·  L’option -force-uid uid  force  tous  les  fichiers  du  système  de
          fichiers  Squashfs généré à appartenir à l’utilisateur d’identifiant
          uid donné. Cet identifiant peut être soit un nom (par exemple root),
          soit un nombre.

       ·  L’option  -force-gid  gid  force  tous  les  fichiers  du système de
          fichiers Squashfs généré à appartenir au  groupe  d’identifiant  gid
          donné.  Cet  identifiant  peut  être soit un nom (par exemple root),
          soit un nombre.

       Les  options  -e  et  -ef  permettent  de  déclarer  des  fichiers   ou
       répertoires  à exclure du système de fichiers résultat. L’option -e lit
       les fichiers/répertoires à exclure sur la  ligne  de  commande,  tandis
       que  l’option  -ef  les  trouve  dans  le fichier d’exclusions spécifié
       contenant un fichier ou répertoire par ligne. Si le chemin d’un fichier
       ou répertoire à exclure est absolu (c’est-à-dire débutant par /, ../ ou
       ./), il est considéré indépendamment des sources ;  en  revanche,  s’il
       est  relatif,  il  s’appliquera  pour  chaque  répertoire  source ; par
       exemple,  mksquashfs   /tmp/source1   source2   sf_résultant   -e   ex1
       /tmp/source1/ex2   out/ex3   exclura   les  fichiers  /tmp/source1/ex2,
       /tmp/source1/ex1, source2/ex1, /tmp/source1/out/ex3 et source2/out/ex3.

       Ces  options  -e  et  -ef sont pratiques pour, par exemple, archiver un
       système de fichier complet en évitant le répertoire /proc et le système
       de   fichiers   résultat   :   mksquashfs   /  /tmp/root.sqsh  -e  proc
       /tmp/root.sqsh

       On peut utiliser plusieurs fois l’option -ef dans une même commande, et
       on peut également l’utiliser en même temps que l’option -e.

       L’option  -info  affiche les fichiers et répertoires ajoutés au système
       de fichiers, avec leur  taille  originelle  et  éventuellement  le  mot
       DUPLICATE si un fichier avec un contenu identique y est déjà présent.

       Les  options -le et -be peuvent servir à forcer mksquashfs à générer un
       système de fichiers little endian ou big endian. Par défaut, mksquashfs
       génère  un  système de fichiers avec le boutisme de la machine hôte. Le
       pilote Squashfs permettant, par souci de  portabilité,  de  monter  les
       deux  types  de systèmes de fichiers (c’est-à-dire qu’il peut monter un
       système big endian sur une machine little endian), ces options  peuvent
       servir  à  améliorer  l’efficacité d’un système de fichiers généré pour
       une architecture différente.

OPTIONS

       -version
              affiche la version, la licence et un message de copyright.

       -info  affiche les fichiers ajoutés au système de fichiers.

       -b taille_bloc
              fixe la taille des blocs de données ; elle peut  être  de  4096,
              8192,  16384, 32768 ou 65536 octets. Par défaut, elle vaut 65536
              octets.

       -2.0   crée un système de fichiers version 2.0.

       -noI ou -noInodeCompression
              ne comprime pas la table des i-noeuds.

       -noD ou -noDataCompression
              ne comprime pas les blocs de données.

       -noF ou -noFragmentCompression
              ne comprime pas les blocs fragmentés.

       -no-fragments
              n’utilise pas de blocs fragmentés : indique à mksquashfs  de  ne
              pas  créer  de  blocs  fragmentés,  mais  plutôt  un  système de
              fichiers du même genre que ceux des versions 1.x de Squashfs. Ce
              sera  quand  même un système de fichiers Squashfs 2.0 (mais sans
              fragments), donc il ne pourra être monté par un système Squashfs
              en version 1.x.

       -always-use-fragments
              utilise  des blocs fragmentés pour les fichiers plus gros que la
              taille d’un bloc : indique à  mksquashfs  d’utiliser  des  blocs
              fragmentés quelle que soit la longueur des fichiers. Par défaut,
              seuls les petits fichiers (dont la taille est inférieure à celle
              d’un  bloc) sont assemblés dans des blocs fragmentés. La fin des
              fichiers qui remplisse plus d’un bloc ne sont pas,  par  défaut,
              assemblés  dans des fragments. Par exemple, un fichier de 100 ko
              est découpé en un bloc de 64 ko et un reste de 36  ko,  qui  par
              défaut n’est pas placé dans un bloc fragmenté. Ce choix est fait
              pour éviter une perte de  performance  de  10  à  20%  en  accès
              séquentiel  à  ce  genre  de  fichiers,  car  il  faudrait sinon
              déplacer la tête de  lecture  d’un  disque  pour  accéder  au(x)
              bloc(s) entier(s) et un autre pour le fragment (qui ne sera sans
              doute pas consécutif). Utilisez cette  option  pour  forcer  ces
              fins  de fichiers à être rassemblées dans les blocs fragmentés ;
              cela améliore le taux de compression obtenu mais au dépens de la
              vitesse d’accès.

       -no-duplicates
              ne  vérifie  pas s’il y a des doublons : indique à mksquashfs de
              ne pas vérifier dans les fichiers ajoutés s’il y en a  avec  des
              contenus  identiques. Ceci permet une génération/modification du
              système de fichiers résultant plus rapide, mais bien sûr le taux
              de  compression  sera  nettement  moins bon s’il y a beaucoup de
              fichiers aux contenus identiques.

       -noappend
              ne pas ajouter en fin d’un système de fichiers existant.

       -keep-as-directory
              si un répertoire source est donné, crée un système  de  fichiers
              contenant ce répertoire plutôt que simplement son contenu.

       -root-becomes nom
              lorsqu’on  ajoute  des  fichiers  ou  répertoires  à  un système
              existant, le contenu de l’ancien  système  sera  placé  dans  un
              répertoire  de  nom  donné,  plutôt  que de mélanger les anciens
              fichiers et les nouveaux.

       -all-root ou -root-owned
              tous les fichiers ajoutés au système appartiendront à root.

       -force-uid uid
              tous  les  fichiers  ajoutés   au   système   appartiendront   à
              l’utilisateur d’identifiant uid (un nom ou un nombre).

       -force-gid gid
              tous  les  fichiers  ajoutés au système appartiendront au groupe
              d’identifiant gid (un nom ou un nombre).

       -le    crée un système de fichiers au  format  petit  boutiens  (little
              endian en anglais).

       -be    crée  un système de fichiers au format gros boutiens (big endian
              en anglais).

       -nopad Ne pas arrondir le système de  fichiers  au  multiple  de  4  ko
              [supérieur]  :  cet  arrondi,  effectué  par  défaut,  permet au
              système de fichiers d’être monté par l’interface loopback qui ne
              fonctionne qu’avec des fichiers multiples de 4 ko. Si le système
              de fichiers est destiné à être écrit sur un périphérique de type
              bloc (un disque ou une partition par exemple) ou être placé dans
              une image de démarrage, cet arrondi est inutile.

       -check_data
              positionne un drapeau dans le système de fichiers créé pour plus
              de vérifications de ce système lorsqu’il est monté.

       -sort ordre
              trie les fichiers suivant les priorités décrites dans le fichier
              ordre, qui doit contenir un nom de  fichier  ou  répertoire  par
              ligne avec sa priorité associée (nombre entre -32768 et 32767, 0
              par défaut).

       -e liste des rpertoires/fichiers exclus
              liste (en ligne) des fichiers et répertoires à exclure.

       -ef fichier_exclus
              le fichier fichier_exclus contient  la  liste  des  fichiers  ou
              répertoires à exclure, un par ligne.

EXEMPLES

       Pour les exemples suivants, on utilise deux répertoires :

       ·  le  répertoire source /home/phillip/test contient fichier1, fichier2
          et rep1.

       ·  le répertoire source outils contient outils1, outils2 et outils3.

       Exemple1.

              mksquashfs /home/phillip/test sf_resultat

              va créer un système  de  fichiers  Squashfs  contenant  dans  sa
              racine les items fichier1, fichier2 et rep1.

       Exemple2.

              mksquashfs /home/phillip/test outils sf_resultat

              va  créer  un  système  de  fichiers  Squashfs contenant dans sa
              racine  les  répertoires  test  et  outils,  correspondant   aux
              répertoires source /home/phillip/test et outils.

       Exemple3.

              mksquashfs /home/phillip/test outils test sf_resultat

              commande  identique  à l’exemple précédent, sauf qu’un troisième
              répertoire source test a été donné,  d’où  un  conflit  avec  le
              premier  répertoire  test.  Ce  troisième  répertoire  sera donc
              renommé test_1.

              Donner  plusieurs  répertoires  source  permet  de  générer  des
              systèmes de fichiers sans préalablement copier tous les fichiers
              nécessaires dans un  répertoire  commun,  ce  qui  simplifie  le
              processus.

       Exemple4.

              mksquashfs /home/phillip/test sf_resultat -keep-as-directory

              commande   identique  au  premier  exemple,  sauf  que  l’option
              -keep-as-directory va donner un  système  de  fichiers  dont  la
              racine contiendra un répertoire test, au lieu de n’avoir que son
              contenu fichier1, fichier2 et rep1.

AUTEURS

       Squashfs      a      été      écrit      par      Phillip       Lougher
       <plougher@users.sourceforge.net>,   à   Chepstow,   Pays   de   Galles,
       Royaume-Uni. Si vous appréciez ce programme ou rencontrez des problèmes
       en   l’utilisant,  contactez-le,  il  est  intéressé  par  des  retours
       d’expérience.

       Cette   page   de   manuel   a   été   écrit   par   Frédéric   Boiteux
       <fboiteux@calistel.com>  pour le système Debian (mais peut être utilisé
       par d’autres) à partir du document SquashFS HOWTO de Artemiy I.  Pavlov
       et  du fichier README des sources de SquashFS. Il est permis de copier,
       distribuer et/ou modifier ce  document  en  vertu  de  la  licence  GPL
       version  2  ou  postérieure,  telle  que  publiée  par la Free Software
       Foundation.

       Sur les systèmes Debian, le  texte  complet  de  la  licence  GNU   GPL
       (Licence   Public   Générale   GNU)   se   trouve   dans   le   fichier
       /usr/share/common-licenses/GPL.

       Traduction française : Frédéric Boiteux <fboiteux@calistel.com>.

                               december 20, 2004                 MKSQUASHFS(8)