Provided by: login_4.5-1.1ubuntu4_amd64 bug

NOM

       login - Démarrer une session sur le système

SYNOPSIS

       login [-p] [-h hôte] [nom_utilisateur] [ENV=VAR...]

       login [-p] [-h hôte] -f nom_utilisateur

       login [-p] -r hôte

DESCRIPTION

       Le programme login permet d'établir une nouvelle session sur le système. Il est
       généralement invoqué après avoir répondu à l'invite de connexion login: sur le terminal de
       l'utilisateur. login peut être spécifique à l'interpréteur de commandes et ne devrait pas
       être invoqué comme un sous-processus. Lorsqu'il est appelé depuis un interpréteur de
       commande, login doit être exécuté comme >exec login, ce qui entraîne la sortie de
       l'interpréteur de commandes en cours (et ainsi empêche le nouvel utilisateur connecté de
       retourner à la session de l'appelant). L'exécution de login depuis un interpréteur de
       commandes autre qu'un interpréteur de commandes initial (« login shell ») produira un
       message d'erreur.

       Un mot de passe est ensuite demandé à l'utilisateur. L'affichage du mot de passe est
       désactivé pour éviter de révéler le mot de passe. Seul un petit nombre d'échecs est permis
       avant que login ne quitte et que la liaison ne soit interrompue.

       Si une date de fin de validité du mot de passe a été définie pour ce compte, un nouveau
       mot de passe pourra vous être demandé. Votre ancien mot de passe et votre nouveau mot de
       passe vous seront alors demandés avant de pouvoir continuer. Veuillez lire la page de
       manuel passwd(1) pour plus d'informations.

       Vos identifiants d'utilisateur et de groupe seront définis en fonction des valeurs
       spécifiées dans le fichier /etc/passwd. Les valeurs des variables d'environnement $HOME,
       $SHELL, $PATH, $LOGNAME, et $MAIL seront définies en fonction des champs appropriés de
       l'entrée qui vous correspond. Les valeurs d'ulimit, d'umask et de nice pourront également
       être affectées en fonction des entrées du champ GECOS.

       Sur certains systèmes, la variable d'environnement $TERM sera initialisée au type de
       terminal de votre tty, comme spécifié dans /etc/ttytype.

       Un script d'initialisation pour votre interpréteur de commandes pourra également être
       exécuté. Veuillez vous référer à la section de manuel appropriée pour plus d'informations
       sur cette fonctionnalité.

       Une connexion à un sous-système est indiquée par la présence d'un « * » comme premier
       caractère de l'interpréteur de commandes initial. Le répertoire personnel sera utilisé
       comme racine d'un nouveau système de fichiers dans lequel l'utilisateur sera connecté.

       Le programme login n'est PAS responsable de la suppression d'utilisateurs dans le fichier
       utmp. Les responsables du nettoyage de l'appartenance des sessions de terminal sont
       getty(8) et init(8). Si vous utilisez login depuis un interpréteur de commandes sans exec,
       l'utilisateur que vous utilisez continuera à apparaître comme étant connecté même après
       s'être déconnecté de cette « sous-session ».

OPTIONS

       -f
           Ne pas réaliser d'authentification. L'utilisateur est pré-authentifié.

           Remarque : Dans ce cas, username est nécessaire.

       -h
           Nom de l'hôte distant pour cette connexion.

       -p
           Préserver l'environnement.

       -r
           Exécuter le protocole de connexion automatique (autologin) pour rlogin.

       Les options -r, -h et -f ne peuvent être utilisées que par root.

AVERTISSEMENTS

       Cette version de login comporte de nombreuses options de compilation. Seules certaines
       d'entre elles peuvent avoir été activées sur votre site.

       L'emplacement des fichiers peut varier suivant la configuration du système.

       Le programme login n'est PAS responsable de la suppression d'utilisateurs dans le fichier
       utmp. Les responsables du nettoyage de l'appartenance des sessions de terminal sont
       getty(8) et init(8). Si vous utilisez login depuis un interpréteur de commandes sans exec,
       l'utilisateur que vous utilisez continuera à apparaître comme étant connecté même après
       s'être déconnecté de cette « sous-session ».

       Comme pour n'importe quel programme, l'apparence de login peut être imitée. Si des
       utilisateurs non sûrs ont un accès physique à la machine, un attaquant pourrait utiliser
       cet accès pour obtenir le mot de passe de la personne qui s'assiérait ensuite face à
       l'écran. Sous Linux, le mécanisme SAK peut être utilisé par les utilisateurs pour initier
       un chemin de confiance et prévenir ce genre d'attaques.

CONFIGURATION

       Les variables de configuration suivantes dans /etc/login.defs modifient le comportement de
       cet outil :

       CONSOLE_GROUPS (chaîne de caractères)
           Une liste de groupes à rajouter aux groupes supplémentaires de l'utilisateur lors
           d'une connexion sur une console (déterminé par le paramètre CONSOLE). Par défaut,
           aucun groupe n'est ajouté.

           À utiliser avec précaution : il est possible que les utilisateurs aient un accès
           permanent à ces groupes, et cela même s'ils ne sont pas connectés sur la console.

       DEFAULT_HOME (booléen)
           Indiquer si la connexion est permise si on ne peut pas accéder au répertoire
           personnel. Le réglage par défaut est « no ».

           Si elle est configurée à yes, l'utilisateur va se connecter dans le répertoire racine
           (/) s'il n'est pas possible d'accéder à son répertoire personnel.

       ENV_PATH (chaîne de caractères)
           Si définie, sera utilisée pour définir la variable d'environnement PATH quand un
           utilisateur ordinaire se connecte. La valeur est une liste de chemins séparés par des
           deux points (par exemple /bin:/usr/bin) et peut être précédée par PATH=. La valeur par
           défaut est PATH=/bin:/usr/bin.

       ENV_SUPATH (chaîne de caractères)
           Si définie, sera utilisée pour définir la variable d'environnement PATH quand le
           super-utilisateur se connecte. La valeur est une liste de chemins séparés par deux
           points (par exemple /sbin:/bin:/usr/sbin:/usr/bin) et peut être précédée par PATH=. La
           valeur par défaut est PATH=/sbin:/bin:/usr/sbin:/usr/bin.

       ERASECHAR (nombre)
           Le caractère ERASE du terminal (010 = backspace, 0177 = DEL).

           La valeur peut être préfixée par « 0 » pour une valeur octale, ou « 0x » pour une
           valeur hexadécimale.

       FAIL_DELAY (nombre)
           Le délai en secondes avant qu'un nouvel essai soit permis après un échec de connexion.

       FAKE_SHELL (chaîne de caractères)
           Si définie, login exécutera cet interpréteur de commandes au lieu de l'interpréteur de
           l'utilisateur spécifié dans /etc/passwd.

       HUSHLOGIN_FILE (chaîne de caractères)
           Si définie, le fichier peut désactiver tous les affichages habituels durant la
           séquence de connexion. Si un nom de chemin complet est spécifié, alors le mode taiseux
           sera activé si le nom ou l'interpréteur de commandes de l'utilisateur sont trouvés
           dans le fichier. Si ce n'est pas un nom de chemin complet, alors le mode taiseux sera
           activé si le fichier existe dans le répertoire personnel de l'utilisateur.

       KILLCHAR (nombre)
           Le caractère KILL du terminal (025 = CTRL/U).

           La valeur peut être préfixée par « 0 » pour une valeur octale, ou « 0x » pour une
           valeur hexadécimale.

       LOGIN_RETRIES (nombre)
           Le nombre maximum de tentatives de connexion en cas de mauvais mot de passe.

           Ce sera probablement écrasé par PAM, puisque le module pam_unix est réglé en dur pour
           n'effectuer que 3 tentatives. Toutefois, il s'agit d'une solution de repli au cas où
           vous utilisez un module d'authentification qui ne fait pas appliquer PAM_MAXTRIES.

       LOGIN_TIMEOUT (nombre)
           Le temps maximum en secondes pour la connexion.

       LOG_OK_LOGINS (booléen)
           Activer la journalisation des connexions réussies.

       LOG_UNKFAIL_ENAB (booléen)
           Activer l'affichage des noms d'utilisateurs inconnus quand les échecs de connexions
           sont enregistrés.

           Remarque : la journalisation des noms d'utilisateurs inconnus peut être un problème de
           sécurité si un utilisateur entre son mot de passe au lieu de son nom d'utilisateur.

       TTYGROUP (chaîne de caractères), TTYPERM (chaîne de caractères)
           Les permissions de terminal : la connexion tty appartiendra au groupe TTYGROUP et les
           permissions seront configurées à TTYPERM.

           Par défaut, le propriétaire du terminal est configuré au groupe primaire de
           l'utilisateur et les permissions sont configurées à 0600.

           TTYGROUP peut être le nom d'un groupe ou un identifiant numérique de groupe.

           Si vous avez un programme write qui est « setgid » à un groupe spécial auquel les
           terminaux appartiennent, définissez TTYGROUP comme l'identifiant numérique du groupe
           et TTYPERM à 0620. Autrement laissez TTYGROUP décommenté et TTYPERM configuré soit à
           622 soit à 600.

       TTYTYPE_FILE (chaîne de caractères)
           Si définie, fichier qui lie les lignes de tty à la variable d'environnement TERM.
           Chaque ligne du fichier est dans un format ressemblant à « vt100 tty01 ».

       USERGROUPS_ENAB (booléen)
           Si cette variable est configurée à yes, userdel supprimera le groupe de l'utilisateur
           s'il ne contient pas d'autres membres, et useradd créera par défaut un groupe portant
           le nom de l'utilisateur.

FICHIERS

       /var/run/utmp
           Liste des sessions de connexion en cours.

       /var/log/wtmp
           Liste des sessions de connexion précédentes.

       /etc/passwd
           Informations sur les comptes des utilisateurs.

       /etc/shadow
           Informations sécurisées sur les comptes utilisateurs.

       /etc/motd
           Fichier contenant le message du système.

       /etc/nologin
           Empêcher les utilisateurs non-root de se connecter.

       /etc/ttytype
           Liste des types de terminaux.

       $HOME/.hushlogin
           Supprimer l'affichage des messages du système.

       /etc/login.defs
           Configuration de la suite des mots de passe cachés « shadow password ».

VOIR AUSSI

       mail(1), passwd(1), sh(1), su(1), login.defs(5), nologin(5), passwd(5), securetty(5),
       getty(8).