Provided by: manpages-fr-dev_2.64.1-1_all bug

NOM

       inet_aton,    inet_addr,    inet_network,   inet_ntoa,   inet_makeaddr,
       inet_lnaof, inet_netof - Routines de manipulation d’adresses Internet

SYNOPSIS

       #include <sys/socket.h>
       #include <netinet/in.h>
       #include <arpa/inet.h>

       int inet_aton(const char *cp, struct in_addr *inp);

       in_addr_t inet_addr(const char *cp);

       in_addr_t inet_network(const char *cp);

       char *inet_ntoa(struct in_addr in);

       struct in_addr inet_makeaddr(int net, int host);

       in_addr_t inet_lnaof(struct in_addr in);

       in_addr_t inet_netof(struct in_addr in);

   Feature Test Macro Requirements for glibc (see feature_test_macros(7)):

       inet_aton(), inet_ntoa(): _BSD_SOURCE || _SVID_SOURCE

DESCRIPTION

       inet_aton()  convertit  l’adresse  Internet  de  l’hôte  cp  depuis  la
       notation  standard  avec nombres et points en une donnée binaire, et la
       stocke dans la structure  pointée  par  inp.  inet_aton()  renvoie  une
       valeur non nulle si l’adresse est valide, et zéro sinon.

       La  fonction  inet_addr()  convertit  l’adresse  Internet  de l’hôte cp
       depuis la notation standard  avec  nombres  et  points  en  une  donnée
       binaire  dans  l’ordre des octets du réseau. Si l’adresse est invalide,
       INADDR_NONE (généralement -1)  est  renvoyé.  Ceci  est  une  interface
       obsolte  pour  la  fonction inet_aton(), décrite ci-dessus, car -1 est
       une adresse valide (255.255.255.255), et inet_aton() utilise un  renvoi
       d’erreur plus propre.

       La fonction inet_network() extrait un nombre dans l’ordre des octets de
       l’hôte utilisable comme une adresse internet depuis  cp,  qui  est  une
       chaîne  sous forme de décimale pointé. Si l’entrée est invalide, -1 est
       renvoyé.

       La fonction inet_ntoa() convertit l’adresse Internet de l’hôte in donne
       dans  l’ordre  des octets du réseau en une chaîne de caractères dans la
       notation avec nombres et points. La chaîne est renvoyée dans un  tampon
       alloué statiquement, qui est donc écrasé à chaque appel.

       La  fonction  inet_makeaddr()  crée  une  adresse  d’hôte Internet dans
       l’ordre des octets du réseau, en combinant le numéro du réseau  net  et
       l’adresse  locale  host  du  réseau  net, chacun d’eux étant donné dans
       l’ordre des octets de l’hôte.

       La fonction inet_lnaof() renvoie la partie de l’adresse locale extraite
       d’une  adresse  Internet in. L’adresse locale est renvoyée dans l’ordre
       des octets de l’hôte.

       La fonction inet_netof() renvoie la partie du numéro de réseau extraite
       d’une adresse Internet in. Le numéro de réseau est renvoyé dans l’ordre
       des octets de l’hôte.

       La  structure  in_addr  utilisée  dans  inet_ntoa(),   inet_makeaddr(),
       inet_lnoaf() et inet_netof() est définie ainsi dans netinet/in.h :

              struct in_addr {
                  unsigned long int s_addr;
              }

       Notez  que  l’ordre  des  octets des machines i80x86 est « LSB » (poids
       faible en premier, « little endian »), alors que l’ordre des octets sur
       internet est « MSB » (poids fort en premier ou « big endian »).

CONFORMITÉ À

       BSD 4.3.  inet_addr(), inet_aton(), et inet_ntoa() sont spécifiées dans
       POSIX.1-2001.

NOTES

       Lors de l’utilisation de nombres et de  points  pour  la  notation  des
       adresses,  sachez  que  chaque  nombre est interprété sous forme octale
       s’il commence par un « 0 » et sous forme hexadécimale s’il commence par
       « 0x ».   Par   exemple,  inet_aton("226.000.000.037",  &t)  interprète
       l’adresse comme 226.0.0.31 et non 226.0.0.37.

VOIR AUSSI

       gethostbyname(3), getnetent(3), inet_ntop(3),  inet_pton(3),  hosts(5),
       networks(5)

TRADUCTION

       Cette  page  de  manuel  a  été  traduite et mise à jour par Christophe
       Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/> entre 1996 et 2003, puis  par
       Alain  Portal  <aportal AT univ-montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à
       disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

       Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont
       directement gérées par Florentin Duneau <fduneau@gmail.com> et l’équipe
       francophone de traduction de Debian.

       Veuillez  signaler  toute  erreur   de   traduction   en   écrivant   à
       <debian-l10n-french@lists.debian.org> ou par un rapport de bogue sur le
       paquet manpages-fr.

       Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de  ce  document
       en utilisant la commande « man -L C <section> <page_de_man> ».