Provided by: manpages-fr-dev_2.64.1-1_all bug

NOM

     stdin, stdout, stderr - Flux d’entrées-sorties standard

SYNOPSIS

     #include <stdio.h>
     extern FILE *stdin;
     extern FILE *stdout;
     extern FILE *stderr;

DESCRIPTION

     Normalement, tout programme Unix démarre avec trois flux déjà ouverts,
     l’un pour l’entrée des données, un autre pour la sortie des données, et
     un troisième pour l’affichage des messages de diagnostic ou d’erreur. Ces
     trois flux sont typiquement attachés au terminal de l’utilisateur (voir
     tty(4)), mais peuvent également être redirigés vers des fichiers ou vers
     d’autres périphériques suivant les choix du processus parent (voir le
     paragraphe « Redirection » dans sh(1)).

     Le flux d’entrée est appelé « entrée standard » (standard input), le flux
     de sortie « sortie standard » (standard output), et le flux d’erreur est
     souvent appelé « erreur standard » (standard error). Ces noms sont
     abrégés dans les dénominations symboliques de ces fichiers : stdin,
     stdout et stderr.

     Chacun de ces symboles est une macro de stdio(3) de type pointeur sur un
     FILE, et peut être utilisé dans des fonctions comme fprintf(3) ou
     fread(3).

     Comme les FILE sont simplement des coquilles entourant les descripteurs
     de fichiers en ajoutant une mémoire tampon, il est également possible
     d’accéder aux fichiers Unix « bruts », avec des fonctions comme read(2)
     et lseek(2).

     Au démarrage du programme, les descripteurs de fichiers associés aux flux
     stdin, stdout et stderr valent respectivement 0, 1 et 2. Les constantes
     symboliques STDIN_FILENO, STDOUT_FILENO, et STDERR_FILENO sont définies
     avec ces valeurs dans <unistd.h> (appliquer freopen(3) sur l’un de ces
     flux peut modifier le numéro de descripteur de fichier associé au flux).

     Notez que l’utilisation conjointe des FILE et des descripteurs bruts
     risque de produire des résultats inattendus, et doit être généralement
     évitée. Pour les plus masochistes d’entre-vous, POSIX.1 décrit en détail,
     dans son paragraphe 8.2.3, comment ces interactions sont censées
     fonctionner. Une règle générale est que les descripteurs de fichiers sont
     manipulés par le noyau, alors que stdio est simplement une bibliothèque.
     Ceci signifie par exemple qu’après un exec(), le processus fils hérite de
     tous les descripteurs de fichiers ouverts, mais que les flux deviennent
     inaccessibles.

     Les symboles stdin, stdout et stderr étant définis comme des macros, il
     est interdit de leur assigner une valeur. On peut utiliser la fonction de
     bibliothèque freopen(3), spécialement conçue pour réassigner stdin,
     stdout et stderr.  Les flux standard sont fermés lors d’un appel à
     exit(3) ou lors d’une fin normale de programme.

CONSIDÉRATIONS

     Le flux stderr n’a pas de tampon. Le flux stdout a un tampon de ligne
     lorsqu’il est dirigé vers un terminal. Les lignes partielles
     n’apparaîtront pas avant que fflush(3) ou exit(3) ne soient invoquées, ou
     qu’un retour-chariot soit écrit. Ceci a parfois des effets inattendus,
     principalement lors du débogage des programmes. La gestion des tampons
     des flux standard (et des autres flux également) peut être modifiée en
     utilisant setbuf(3) ou setvbuf(3).  Remarquez que dans le cas où stdin
     est associée à un terminal, il peut également y avoir un tampon d’entrée
     dans le pilote de terminal, sans aucune relation avec le tampon de stdio
     (en effet, normalement, la saisie depuis un terminal est gérée avec un
     tampon de ligne dans le noyau). Cette gestion par le noyau peut être
     configurée en utilisant des appels système comme tcsetattr(3).  Voir
     également stty(1) et termios(3).

CONFORMITÉ

     Les macros stdin, stdout et stderr sont conformes au standard ANSI
     X3.159-1989 (“ANSI C”), et celui-ci stipule également que ces trois flux
     doivent être ouverts au démarrage du programme.

VOIR AUSSI

     sh(1), csh(1), open(2), fopen(3), stdio(3)

TRADUCTION

     Cette page de manuel a été traduite et mise à jour par Christophe Blaess
     <http://www.blaess.fr/christophe/> entre 1996 et 2003, puis par Alain
     Portal <aportal AT univ-montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à
     disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

     Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont
     directement gérées par Nicolas François
     <nicolas.francois@centraliens.net> et l’équipe francophone de traduction
     de Debian.

     Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à
     <debian-l10n-french@lists.debian.org> ou par un rapport de bogue sur le
     paquet manpages-fr.

     Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en
     utilisant la commande « man -L C <section> <page_de_man> ».