Provided by: manpages-fr-extra_20071013_all bug

NOM

       exportfs  -  Gestion  de la liste des systèmes de fichiers partagés par
       NFS

SYNOPSIS

       /usr/sbin/exportfs [-avi] [-o options,..] [client:/chemin ..]
       /usr/sbin/exportfs -r [-v]
       /usr/sbin/exportfs [-av] -u [client:/chemin ..]
       /usr/sbin/exportfs [-v]
       /usr/sbin/exportfs -f

DESCRIPTION

       La commande exportfs est utilisée pour la gestion de la table  courante
       de  systèmes  de fichiers partagés par NFS. Cette liste est enregistrée
       dans un fichier spécifique nommé /var/lib/nfs/xtab. Ce fichier sera  lu
       par  mountd  dès qu’un client distant demandera l’accès pour le montage
       d’une arborescence de fichier. Les parties de cette liste qui  sont  en
       cours d’utilisation sont gardées dans la table des partages du noyau.

       Ce  fichier  xtab  est normalement initialisé avec la liste de tous les
       systèmes  de  fichiers  indiquée  dans  /etc/exports  et  ce,  grâce  à
       l’utilisation de la commande exportfs -a.

       Dans  tous  les  cas, les administrateurs peuvent choisir, en utilisant
       exportfs, d’ajouter ou de supprimer d’autres systèmes de fichiers  sans
       modifier le fichier /etc/exports.

       exportfs  et  son  programme  associé mountd fonctionnent sous l’un des
       deux modes suivants : le mode traditionnel, qui s’applique aux versions
       2.4  et  précédentes  du  noyau  Linux, et un mode plus récent sous les
       noyaux 2.6 et suivants, accessible à la condition  que  le  système  de
       fichiers  virtuel  de  nfsd  soit  bien  monté  sous  /proc/fs/nfsd  ou
       /proc/fs/nfs. Si ce système de fichiers n’est pas monté en  2.6,  c’est
       le mode traditionnel qui sera utilisé.

       Dans  le  mode  plus  récent,  exportfs  ne donne aucune information au
       noyau,  il  en   fournit   uniquement   à   mountd   via   le   fichier
       /var/lib/nfs/xtab.  mountd écoutera les requêtes provenant du noyau, et
       fournira alors l’information voulue.

       Dans le mode traditionnel, toute demande de partage qui indique un hôte
       spécifique  (plutôt  qu’un  sous-réseau  ou  un groupe de machines) est
       directement inscrite dans la table des partages du noyau ainsi que dans
       le  fichier  /var/lib/nfs/xtab.  De  plus, tout point de montage défini
       dans /var/lib/nfs/rmtab correspondant à  une  demande  de  partage  non
       spécifique  à un hôte entraînera l’ajout, dans la table des partages du
       noyau, d’une entrée correspondante à l’hôte effectif dans rmtab.

OPTIONS

       -a     Partager ou interrompre le partage de tous les répertoires.

       -o options,...
              Stipuler une  liste  d’options  de  partage,  à  la  manière  de
              exports(5).

       -i     Ne  tenir aucun compte du fichier /etc/exports, de façon que les
              options par défaut ou celles données sur la  ligne  de  commande
              soient utilisées.

       -r     Relancer  le  partage de tous les répertoires. /var/lib/nfs/xtab
              est synchronisé avec /etc/exports. Les entrées qui  ont  disparu
              de  /etc/exports seront supprimées de /var/lib/nfs/xtab. Dans la
              table des partages du  noyau,  les  entrées  qui  ne  sont  plus
              valables seront également enlevées.

       -u     Interrompre le partage d’un ou plusieurs répertoires.

       -f     Dans  le  mode  plus  récent,  vider  complètement  la table des
              partages du noyau. mountd  générera  une  nouvelle  entrée  pour
              chaque  client  en  activité, dès que celui-ci fera sa prochaine
              requête.

       -v     Mode volubile. Lors d’un partage ou  de  l’arrêt  d’un  partage,
              afficher  ce  qui  se  passe.  Lors  de  l’affichage de la liste
              actuelle des partages, afficher aussi la liste  des  options  de
              partage.

DISCUSSION

   Le partage de répertoires.
       Le premier synopsis montre comment utiliser la commande pour ajouter de
       nouvelles entrées à la table des partages. Quand on lance exportfs  -a,
       tous  les  répertoires dans exports(5) sont ajoutés à xtab, et la liste
       résultante est entrée dans le noyau.

       L’argument client:/chemin définit le répertoire à  partager  ainsi  que
       l’hôte  ou les hôtes à qui il est offert. Tous les formats décrits dans
       exports(5) sont acceptés. Pour partager un répertoire à tout le  monde,
       indiquez tout simplement :/chemin.

       Les   options   de   partage  pour  un  couple  hôte/répertoire  précis
       proviennent de plusieurs sources. Il y a d’abord un jeu  d’options  par
       défaut,  dont  on peut passer outre grâce aux entrées dans /etc/exports
       (sauf si l’option -i a été  utilisée).  De  surcroît,  l’administrateur
       peut  outrepasser toute option de ces sources grâce à l’argument -o qui
       attend une liste d’options séparées par des virgules, présentée  de  la
       même façon que dans exports(5). Ainsi, exportfs peut aussi être utilisé
       pour modifier les options de partage d’un répertoire déjà offert.

       Les modifications de la table des partages du noyau qu’utilise  nfsd(8)
       sont  prises  en  compte  immédiatement  après l’analyse de la ligne de
       commande et la mise à jour du fichier xtab.

       Les options de partage par défaut sont sync,ro,root_squash,wdelay.

   Larrêt de partage de répertoires
       Ce troisième synopsis montre comment arrêter le partage d’un répertoire
       actuellement  offert.  Quand  on lance exportfs -ua, toutes les entrées
       présentes dans xtab sont retirées de la table des  partages  du  noyau,
       puis le fichier est vidé. Cela stoppe effectivement toute activité NFS.

       Pour supprimer des  entrées  de  partages  particulières,  vous  pouvez
       indiquer  un couple client:/chemin. L’entrée indiquée sera supprimée de
       xtab, ainsi que celle correspondante dans le noyau (si elle existe).

   Afficher le contenu de la table des partages
       L’usage de exportfs sans la moindre option affiche  la  liste  actuelle
       des  systèmes  de  fichiers  partagés.  Lorsqu’on donne l’option -v, on
       obtient, en plus, la liste des drapeaux spécifiques à chaque partage.

EXEMPLES

       L’exemple  suivant  ajoute   tous   les   répertoires   indiqués   dans
       /etc/exports   à   /var/lib/nfs/xtab,  puis  les  entrées  de  partages
       résultantes sont inscrites dans le noyau :

       # exportfs -a

       Pour offrir le répertoire /usr/tmp à l’hôte djando, en  permettant  les
       écritures asynchrones, on pourrait faire ceci :

       # exportfs -o async django:/usr/tmp

DÉPENDANCES

       Le  partage  à  destination  de  réseaux  IP, de domaines DNS ou NIS ne
       permet pas l’accès NFS immédiat aux clients  NFS  de  ces  groupes.  En
       fait,  ce  type  de partage est une indication pour mountd(8) d’honorer
       toute requête de montage provenant de ces clients. Ce n’est normalement
       pas  un  gros problème, puisque tout montage existant est préservé dans
       rmtab de redémarrage en redémarrage.

       Lors de l’arrêt d’un partage à destination de domaines ou  de  réseaux,
       tout  partage  en  cours pour les membres de ce groupe sera vérifié par
       rapport à la liste des partages valides restants. Dans  le  cas  où  ce
       partage n’est alors plus autorisé, il est supprimé.

VOIR AUSSI

       exports(5), mountd(8)

AUTEURS

       Olaf Kirch, <okir@monad.swb.de>
       Neil Brown, <neilb@cse.unsw.edu.au>

TRADUCTION

       Cette  page  de  manuel  a  été  traduite  et est maintenue par Sylvain
       Cherrier <sylvain DOT cherrier AT free DOT fr> et  les  membres  de  la
       liste  <debian-l10n-french  AT  lists  DOT debian DOT org> depuis 2006.
       Veuillez signaler toute erreur de traduction par un  rapport  de  bogue
       sur le paquet manpages-fr-extra.

                                18 juillet 2003                    exportfs(8)