Provided by: manpages-fr_2.80.1-1_all bug

NOM

       raw, SOCK_RAW - Sockets brutes (raw) IPv4 sous Linux.

SYNOPSIS

       #include <sys/socket.h>
       #include <netinet/in.h>
       raw_socket = socket(PF_INET, SOCK_RAW, int protocol);

DESCRIPTION

       Les  sockets  brutes (raw) permettent d’implémenter des protocoles IPv4
       dans  l’espace  utilisateur.  Une  socket  raw  reçoit  ou  envoie  des
       datagrammes sans les en-têtes de la couche de liaison.

       La  couche  IPv4  génère des en-têtes IP lorsqu’elle envoie un paquet à
       moins que l’option IP_HDRINCL soit activée sur la  socket.  Lorsqu’elle
       est  activée,  la socket doit contenir l’en-tête IP. Pour la réception,
       l’en-tête IP est toujours inclus dans le paquet.

       Seuls  les  processus  avec  un  UID  effectif  nul  ou  une   capacité
       CAP_NET_RAW sont autorisés à ouvrir des sockets raw.

       Tous  les  paquets  ou les erreurs correspondant au numéro de protocole
       spécifié pour la socket raw sont transmis à cette socket. Pour voir une
       liste  des protocoles autorisés, consulter les numéros assignés dans la
       RFC 1700 et getprotobyname(3).

       Un  protocole  IPPROTO_RAW  implique  l’activation  de  IP_HDRINCL   et
       autorise  l’émission  suivant n’importe quel protocole IP indiquée dans
       l’en-tête. La réception de tous  les  protocoles  IP  avec  IPPROTO_RAW
       n’est pas possible avec les sockets raw.

              +--------------------------------------------------------+
              |IP Champs d’en-tête modifiés en émission par IP_HDRINCL |
              +--------------------+-----------------------------------+
              |Checksum IP         | Toujours rempli.                  |
              +--------------------+-----------------------------------+
              |Adresse source      | Rempli si contient des zéros.     |
              +--------------------+-----------------------------------+
              |ID Paquet           | Rempli si contient des zéros.     |
              +--------------------+-----------------------------------+
              |Longueur totale     | Toujours rempli.                  |
              +--------------------+-----------------------------------+

       Si  IP_HDRINCL est spécifié et si l’en-tête IP à une adresse non-nulle,
       alors l’adresse destination de la socket est utilisée  pour  router  le
       paquet.  Quand  MSG_DONTROUTE  est  spécifié,  l’adresse de destination
       devrait toujours viser une interface locale. Sinon,  un  examen  de  la
       table de routage a quand même lieu, mais les routes avec une passerelle
       sont ignorées.

       Si IP_HDRINCL n’est pas spécifié, les options d’en-tête IP peuvent être
       fixées  sur  les  sockets  raw avec setsockopt(2); voir ip(7) pour plus
       d’informations.

       Dans Linux 2.2 tous les champs d’en-tête et les  options  peuvent  être
       fixés en utilisant les options IP. Ceci signifie que les sockets raw ne
       servent en général que pour les nouveaux protocoles ou  les  protocoles
       sans interface utilisateur (comme ICMP).

       Lorsqu’un  paquet  est  reçu, il est passé à toutes les sockets raw qui
       ont  été  attachées  à  son  protocole  avant   d’être   transmis   aux
       gestionnaires  des  autres  protocoles  (par  exemple  les  modules des
       protocoles du noyau).

   Format dadresse
       Les sockets raw utilisent la structure d’adresse sockaddr_in  standard,
       définie  dans  ip(7).  Le  champ  sin_port  pourrait  être utilisé pour
       spécifier un numéro de protocole IP, mais il est ignoré pour l’émission
       dans  Linux  2.2  et  devrait être toujours mis à zéro (voir paragraphe
       BOGUES).  Pour  les  paquets  entrants  sin_port  est  rempli  avec  le
       protocole  du paquet. Voir le fichier d’en-tête <netinet/in.h> pour les
       protocoles IP valides.

   Options de sockets
       Les options des sockets raw peuvent être écrites avec setsockopt(2)  et
       lues avec getsockopt(2) en passant l’attribut de famille IPPROTO_RAW.

       ICMP_FILTER
              Active  un  filtre  spécial  sur  les  sockets  raw attachées au
              protocole IPPROTO_ICMP. La valeur a un bit pour chaque  type  de
              message  ICMP  qui doit être rejeté. La valeur par défaut est de
              ne filtrer aucun messages ICMP.

       De plus, toutes les  options  IPPROTO_IP  de  ip(7)  valides  pour  les
       sockets datagrammes sont supportées.

   Traitement des erreurs
       Les  erreurs provenant du réseau ne sont transmises à l’utilisateur que
       lorsque la socket est connectée ou si le drapeau IP_RECVERR est  actif.
       Pour les sockets connectées, seules EMSGSIZE et EPROTO sont transmises,
       pour compatibilité. Avec IP_RECVERR, toutes  les  erreurs  réseau  sont
       sauvegardées dans la file d’erreurs.

ERREURS

       EACCES L’utilisateur  essaye  d’envoyer  sur une adresse broadcast sans
              avoir le drapeau broadcast sur la socket.

       EFAULT Une adresse mémoire invalide a été fournie.

       EINVAL Argument invalide.

       EMSGSIZE
              Paquet trop grand. Soit la recherche  du  MTU  des  chemins  est
              active  (voir  l’attribut  IP_MTU_DISCOVER  de  socket), soit la
              taille du paquet dépasse le maximum autorisé par IPv4 (64 Ko).

       EOPNOTSUPP
              Un attribut invalide a été transmis à un  appel  sur  la  socket
              (comme MSG_OOB).

       EPERM  L’utilisateur  n’a  pas  la permission d’ouvrir des sockets raw.
              Seuls les processus avec un UID  effectif  nul  ou  la  capacité
              CAP_NET_RAW peuvent le faire.

       EPROTO Une   erreur   ICMP   est  arrivée,  indiquant  un  problème  de
              paramétrage.

VERSIONS

       IP_RECVERR et ICMP_FILTER sont nouveaux dans Linux  2.2.  Ce  sont  des
       extensions  Linux  et  ne doivent pas être employés dans des programmes
       portables.

       Linux 2.0 assurait une compatibilité bogue-à-bogue  avec  le  code  des
       sockets  raw de BSD lorsque l’attribut SO_BSDCOMPAT était utilisé. Ceci
       a été supprimé dans 2.2.

NOTES

       Par défaut, les sockets brutes utilisent la détection du MTU (« Maximum
       Transmission  Unit »)  pour le chemin. Cela signifie que le noyau garde
       en mémoire le MTU vers une adresse  IP  cible  spécifique,  et  renvoie
       EMSGSIZE  lorsqu’un  paquet  brut  dépasse  cette  taille. Dans ce cas,
       l’application doit diminuer la taille du paquet. La  détection  du  MTU
       par  chemin  peut aussi être désactivée en utilisant l’option de socket
       IP_MTU_DISCOVER ou le sysctl ip_no_pmtu_disc, voir ip(7) pour  plus  de
       détails.  Lorsque  cette  option  est  désactivée,  les  sockets brutes
       fragmenteront les paquets sortants qui dépassent le MTU de l’interface.
       Ceci  est  cependant  découragé,  pour des raisons de performance et de
       fiabilité.

       Une socket raw peut être attachée à une adresse  locale  spécifique  en
       utilisant l’appel bind(2). Si elle n’est pas attachée, tous les paquets
       du protocole IP spécifié sont reçus. De plus, une socket raw peut  être
       attachée  à  un  périphérique réseau particulier avec SO_BINDTODEVICE ;
       voir socket(7).

       Une socket IPPROTO_RAW ne fonctionne qu’en émission.  Si  vous  désirez
       vraiment  recevoir  tous  les paquets IP, utilisez une socket packet(7)
       avec  le  protocole  ETH_P_IP.  Notez  que  les   sockets   packet   ne
       réassemblent pas les fragments IP contrairement aux sockets raw.

       Si  vous  voulez  recevoir  tous  les  paquets  ICMP  pour  une  socket
       datagramme, il est souvent préférable d’utiliser IP_RECVERR  sur  cette
       socket particulière, voir ip(7).

       Les  sockets  raw  peuvent  capturer tous les protocoles IP sous Linux,
       même les protocoles comme ICMP ou TCP qui ont un module dans le  noyau.
       Dans  ce cas, le paquet est passé simultanément au module du noyau et à
       la socket raw. Ce comportement n’est pas portable, de nombreuses autres
       implémentations des sockets BSD ont des limitations ici.

       Linux  ne  modifie  jamais les en-têtes fournis par l’utilisateur (sauf
       pour remplir les champs ne contenant  que  des  zéros  comme  cela  est
       décrit   pour   IP_HDRINCL).   Ceci   diffère   de   nombreuses  autres
       implémentations des sockets raw.

       Les sockets raw sont en général peu portables et devrait  être  évitées
       dans les programmes destinés à être portables.

       L’émission  sur  les  sockets  raw  devrait  employer le protocole dans
       sin_port ; ceci a été perdu dans Linux 2.2. Un  remède  est  d’utiliser
       IP_HDRINCL.

BOGUES

       Les extensions de Proxy transparent ne sont pas décrites.

       Lorsque  l’option  IP_HDRINCL est active, les datagrammes ne seront pas
       fragmentés et sont limités au MTU de l’interface.

       Utiliser en émission le  protocole  IP  indiqué  dans  sin_port  a  été
       supprimé  dans  Linux  2.2.  On utilise toujours le protocole auquel la
       socket a été attachée  avec  bind(2)  ou  celui  de  l’appel  socket(2)
       initial.

VOIR AUSSI

       recvmsg(2), sendmsg(2), capabilities(7), ip(7), socket(7).

       RFC 1191 pour la recherche du MTU du chemin.

       RFC 791 et le fichier d’en-tête <linux/ip.h> pour le protocole IP.

COLOPHON

       Cette  page  fait  partie  de  la  publication 2.80 du projet man-pages
       Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler  des
       anomalies       peuvent       être       trouvées      à      l’adresse
       http://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

       Cette page de manuel a été traduite  et  mise  à  jour  par  Christophe
       Blaess  <http://www.blaess.fr/christophe/> entre 1996 et 2003, puis par
       Alain Portal <aportal AT univ-montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et  mise  à
       disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

       Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont
       directement gérées par Julien Cristau <jcristau@debian.org> et l’équipe
       francophone de traduction de Debian.

       Veuillez   signaler   toute   erreur   de   traduction  en  écrivant  à
       <debian-l10n-french@lists.debian.org> ou par un rapport de bogue sur le
       paquet manpages-fr.

       Vous  pouvez  toujours avoir accès à la version anglaise de ce document
       en utilisant la commande « man -L C <section> <page_de_man> ».