Provided by: sitecopy_0.16.6-1_i386 bug

NOM

       sitecopy - Maintient à jour des copies distantes de sites web

SYNOPSIS

       sitecopy [options] [mode opératoire] nomdusite ...

DESCRIPTION

       sitecopy  sert  à  copier  des  sites  web  stockés localement vers des
       serveurs web distants. Une simple commande va  mettre  à  jour  sur  le
       serveur  les  fichiers modifiés localement, et supprimer du serveur les
       fichiers supprimés localement, maintenant ainsi le site distant à  jour
       avec le site local. L’objectif est de supprimer l’étape très pénible de
       mise à jour et de suppression de fichiers individuels  avec  un  client
       FTP.   sitecopy  peut  également  repérer  les  fichiers  que vous avez
       déplacés localement pour les déplacer sur le site distant.

       FTP, WebDAV et autres serveurs de publication basés sur HTTP (comme par
       exemple AOLserver et Netscape Enterprise) sont également gérés.

POUR COMMENCER

       Cette section explique comment mettre en place la maintenance d’un site
       web à l’aide de  sitecopy.  Après  avoir  présenté  les  rudiments,  on
       examinera deux situations : d’abord celle où vous avez déjà placé votre
       site sur le serveur distant, puis celle où vous ne  l’avez  pas  encore
       fait.

   Rudiments
       Si  vous  ne  l’avez  pas  déjà  fait, il vous faut créer un fichier de
       configuration qui contiendra les informations relatives aux  sites  que
       vous désirer administrer. Vous devez également créer un répertoire dans
       lequel sitecopy stockera  l’état  des  fichiers  de  chacun  des  sites
       distants.  Le  fichier  de  configuration  ainsi  que  le répertoire de
       stockage de l’état des fichiers  doivent  n’être  accessibles  que  par
       vous-même  --  sans  quoi  sitecopy refusera de démarrer. Pour créer le
       répertoire de stockage avec  les  permissions  adéquates,  utilisez  la
       commande
            mkdir -m 700 .sitecopy
       depuis   votre   répertoire   personnel.   Pour  créer  le  fichier  de
       configuration, utilisez les commandes
            touch .sitecopyrc
            chmod 600 .sitecopyrc
       depuis votre répertoire personnel. Ceci  fait,  éditez  le  fichier  de
       configuration  pour  ajouter  les  détails  relatifs à votre site comme
       indiqué à la section CONFIGURATION.

   Si le site distant existe déjà
       Si vous aviez déjà placé votre site sur le  serveur  distant,  assurez-
       vous  que  vos  fichiers  locaux  soient synchronisés avec les fichiers
       distants. Ensuite, lancez
            sitecopy --catchup nomdusite
       où nomdusite est le nom du site que vous avez indiqué après le  mot-clé
       site dans le fichier de configuration.

       Si  vous  n’avez  pas  de  copie  locale  du  site distant, vous pouvez
       utiliser le  mode  récupération  pour  découvrir  le  contenu  du  site
       distant,  et  le  mode  synchronisation  pour  le  télécharger. Le mode
       récupération marche bien avec les serveurs WebDAV, et peut marcher avec
       les serveurs FTP. Tapez
            sitecopy --fetch nomdusite
       pour  récupérer  les  informations sur les fichiers du site ; en cas de
       succès, tapez
            sitecopy --synch nomdusite
       pour télécharger une copie locale. N’effectuez PAS  ces  opérations  si
       vous avez déjà une copie locale de votre site.

   Si le site distant nexiste pas encore
       Assurez-vous  que  l’administrateur  ait  bien  créé  la racine du site
       distant. Tapez
            sitecopy --init nomdusite
       où nomdusite est le nom du site que vous avez indiqué après le  mot-clé
       site dans le fichier de configuration.

   Maintenance du site
       Après  avoir  mis  en  place  le  site  comme  décrit dans une des deux
       sections ci-dessus, vous pouvez commencer à éditer vos fichiers  locaux
       normalement. Lorsque vous en avez fini avec un ensemble de changements,
       et que vous voulez mettre à jour la copie distante de votre site, tapez
            sitecopy --update nomdusite
       et tous les fichiers modifiés seront remontés sur serveur. Tout fichier
       localement supprimé sera également suppprimé sur le  serveur,  à  moins
       que   l’option   nodelete  n’ait  été  spécifiée  dans  le  fichier  de
       configuration. Si vous déplacez un ou  plusieurs  fichiers  entre  deux
       répertoires,  leurs copies distantes seront supprimées du serveur, puis
       remontées  à  nouveau,  à  moins  que  l’option  checkmoved  n’ait  été
       spécifiée dans le fichier de configuration.

       À  tout moment, si vous désirez voir la liste des changements effectués
       au site local depuis la dernière mise à jour, pour pouvez lancer
            sitecopy nomdusite
       qui affichera la liste des différences.

   Problèmes de synchronisation
       Dans certaines circonstances, les fichiers qui  constituent  réellement
       le  site  distant  diffèrent  de ce que sitecopy pense qu’il y a sur le
       site. Cela peut arriver, par exemple, si la connexion  au  serveur  est
       interrompue  durant une mise à jour. Dans cette situation, vous devriez
       utiliser le mode récupération pour  retrouver  du  serveur  distant  la
       liste des fichier qui constitue le site.

INVOCATION

       Pour  une opération normale, spécifiez un simple mode opératoire, suivi
       par les options que vous avez choisies, puis un  ou  plusieurs  nom  de
       sites. Par exemple,
            sitecopy --update --quiet siteprincipal autresite
       mettra  à  jour  silencieusement les sites appelés « siteprincipal » et
       « autresite ».

MODES OPÉRATOIRES

       -l, --list
              Mode Liste - produit une liste de toutes les  différences  entre
              les  fichiers  locaux  et  leur  copie  distante  pour les sites
              spécifiés.

       -ll, --flatlist
              Mode Liste plate - similaire  au  mode  liste,  mais  la  sortie
              produite convient à une analyse ultérieure par un script externe
              ou un programme. Le script AWK fourni, changes.awk.  produit par
              exemple une page HTML depuis une sortie produite par ce mode.

       -u, --update
              Mode  Mise  à  jour  -  Met  à  jour la copie distante des sites
              spécifiés.

       -f, --fetch
              Mode Récupération - Récupère la liste des  fichiers  du  serveur
              distant.  Notez qu’en FTP le support de ce mode est limité -- le
              serveur  doit  accepter  la  commande  MDTM  ,  et  utiliser  un
              programme  « ls »  de  type  Unix  comme  implémentation  de  la
              commande LIST.

       -s, --synchronize
              Mode Synchronisation - Met à jour la  copie  locale  du  site  à
              partir de la copie distante.  AVERTISSEMENT : Ce mode écrase les
              fichiers locaux. À utiliser avec précaution.

       -i, --initialize
              Mode Initialisation - initialise les sites  spécifiés,  sitecopy
              pensant  alors qu’il n’y a AUCUN fichier sur le serveur distant.

       -c, --catchup
              Mode Rendre identique - amène sitecopy à penser que  les  copies
              locale et distante du site sont identiques.

       -e, --verify
              Vérifier  que  l’état  enregistré  du site est conforme à l’état
              réel du site distant

       -v, --view
              Mode Voir configuration -  Affiche  toutes  les  définitions  de
              sites du fichier de configuration.

       -h, --help
              Affiche un message d’aide.

       -V, --version
              Affiche le numéro de version.

OPTIONS

       -y, --prompting
              Valable  seulement  pour  le  Mode  Mise  à  jour  ,  demande  à
              l’utilisateur de confirmer chaque mise à  jour  (i.e.,  création
              d’un  répertoire,  remontée  d’un  fichier  sur le site distant,
              etc.).

       -g, --logfile=FICHIER
              Ajouter les messages de débogage au FICHIER (stderr est utilisée
              si cette option n’est pas indiquée)

       -x, --create-remote
              Créer la racine du site distant

       -n, --dry-run
              Afficher   ce  qui  serait  réalisé  sans  effectuer  réellement
              l’action

       -r FICHIER, --rcfile=FICHIER
              Spécifie un fichier de configuration alternatif pour l’exécution
              en cours.

       -p RÉPERTOIRE, --storepath=RÉPERTOIRE
              Spécifie  un  chemin  d’accès alternatif au répertoire contenant
              les  informations  sur  les  fichiers  du  site  distant,   pour
              l’exécution en cours.

       -q, --quiet
              Sortie  discrète  -  n’affiche que le nom du fichier pour chaque
              mise à jour effectuée.

       -qq, --silent
              Sortie silencieuse - n’affiche aucune information lors des mises
              à jour.

       -o, --show-progress
              Valable  seulement  pour  le  Mode  Mise  à  jour  ,  affiche la
              progression (sous forme de pourcentage effectué) du transfert de
              données.

       -g, --logfile=FICHIER
              Ajouter les messages de débogage au FICHIER (stderr est utilisée
              si cette option n’est pas indiquée)

       -x, --create-remote
              Créer la racine du site distant

       -n, --dry-run
              Afficher  ce  qui  serait  réalisé  sans  effectuer   réellement
              l’action

       -k, --keep-going
              Passe  outre  les  erreurs  en  Mode  Mise  à  jour  ou  en Mode
              Synchronisation

       -a, --allsites
              Exécute l’opération donnée pour tous les sites  -  valable  pour
              tous  les  modes,  sauf le Mode Voir configuration , pour lequel
              cette option est sans effet.

       -d MASQUE, --debug=CLÉ[,CLÉ...]
              Affiche des informations de  débogage.  Vous  devez  donner  une
              liste  de mots-clés séparés par une virgule. Chaque mot-clé peut
              être, au choix :
                socket    Manipulation des sockets
                files     Manipulation des fichiers
                rcfile    Analyseur du fichier de configuration
                http      Pilote HTTP
                httpbody  Affiche le corps des réponses HTTP
                ftp       Pilote FTP
                xml       Informations d’analyse syntaxique XML
                xmlparse  Informations d’analyse syntaxique XML de bas niveau
                httpauth  Informations d’authentification HTTP
                cleartext Affiche les mots de passe en clair

              Les mots de passe seront masqués dans l’affichage de débogage, à
              moins  que  le  mot-clé cleartext ne soit utilisé. Un exemple de
              l’utilisation des informations de débogage est  de  déboguer  le
              mode récupération FTP :

                   sitecopy --debug=ftp,socket --fetch nomdusite

CONCEPTS

       L’  état stocké d’un site est un instantané de l’état du site, conservé
       dans le répertoire de stockage (~/.sitecopy/). Le fichier  de  stockage
       sert  à conserver cet état entre deux invocations du programme. En mode
       mise à jour, sitecopy construit une liste de fichiers pour chaque  site
       en  parcourant le répertoire local, prend connaissance de l’état stocké
       et, en  comparant  les  deux,  détermine  quels  fichiers  ont  changé,
       lesquels ont été déplacés, et ainsi de suite.

CONFIGURATION

       La  configuration  est assurée par le fichier de configuration (fc). Ce
       fichier contient une ou plusieurs définitions de sites. Un  nom  unique
       est  attribué  à  chaque définition de site ; c’est par ce nom qu’on se
       réfère à un site en ligne de commande.

       Chaque définition de site contient les détails du  serveur  sur  lequel
       est  stocké  le  site,  la  manière  dont on peut accéder à ce serveur,
       l’emplacement local et distant du site, ainsi que des options  pour  ce
       site si nécessaire.

   Définition dun site
       La définition d’un site est constituée d’une série de lignes :

       site nom-du-site
          server nom-du-serveur
          remote répertoire-racine-distant
          local répertoire-racine-local
        [ port numéro-de-port ]
        [ username utilisateur ]
        [ password mot-de-passse ]
        [ proxy-server nom-du-proxy
          proxy-port numero-port-proxy ]
        [ url URL-du-site ]
        [ protocol { ftp | webdav } ]
        [ ftp nopasv ]
        [ ftp showquit ]
        [ ftp { usecwd | nousecwd } ]
        [ http expect ]
        [ safe ]
        [ state { checksum | timesize } ]
        [ permissions { ignore | exec | all } ]
        [ symlinks { ignore | follow | maintain } ]
        [ nodelete ]
        [ nooverwrite ]
        [ checkmoved [renames] ]
        [ tempupload ]
        [ exclude motif ]...
        [ ignore motif ]...
        [ ascii motif ]...

       Tout  ce  qui  suit le caractère # sur une ligne est considéré comme un
       commentaire et est ignoré.  Les valeurs peuvent être entourées par  des
       guillemets,  et  les  caractères  peuvent être échappés par une contre-
       oblique (\).  Par exemple, pour utiliser  le  motif  d’  exclusion  *#,
       utilisez la ligne suivante:
            exclude "*#"

   Options pour le serveur distant
       La clé server est utilisée pour spécifier le serveur distant sur lequel
       est stocké le site distant. Cela peut être un nom DNS  ou  une  adresse
       IP.  La  connexion  au  serveur  se fera sur le port par défaut pour le
       protocole utilisé, ou bien par le numéro indiqué par le  mot-clé  port.
       sitecopy  gère  les  protocoles  WebDAV  ou  FTP -- le mot-clé protocol
       spécifie lequel  utiliser,  en  prenant  comme  valeur  webdav  ou  ftp
       respectivement. Le protocole par défaut est FTP.

       Les  mots-clés  proxy-server  et  proxy-port peuvent être utilisés pour
       spécifier un serveur de proxy. Les serveurs  de  proxy  ne  sont  gérés
       qu’avec le protocole webDAV.

       Si  le serveur FTP ne gère pas le mode passif (PASV), utilisez l’option
       ftp nopasv.  Pour afficher le message retourné  par  le  serveur  à  la
       fermeture  de  la  connexion,  utilisez  l’option  ftp showquit.  Si le
       serveur ne permet la remontée  des  fichiers  que  dans  le  répertoire
       courant,  utilisez  le  mot-clé ftp usecwd (un symptôme possible est le
       message : "overwrite permission  denied").   Notez  que  le  répertoire
       racine  distant  (mot-clé  remote)  doit  être  un  chemin  absolu (qui
       commence par ’/’), sans quoi usecwd sera ignoré.

       Si  le  serveur  WebDAV  utilise  correctement  le  message   d’attente
       100-continue,  comme  par  exemple  Apache version 1.3.9 et supérieure,
       utilisez le mot-clé http expect.  Cela  peut  économiser  de  la  bande
       passante ainsi que réduire le temps nécessaire à une mise à jour.

       Pour  authentifier l’utilisateur sur le serveur, utilisez les mots-clés
       username et password.  Si le mot de passe n’est pas spécifié,  il  sera
       recherché  dans  le  fichier ~/.netrc s’il existe. Voyez ftp(1) pour la
       syntaxe de ce fichier.

       Pour le protocole WebDAV, l’authentification basique  et  par  condensé
       (digest  authentication)  sont  gérées.  Notez  que vous ne devriez pas
       utiliser l’authentification basique, à moins que vous ne considériez la
       connexion au serveur comme digne de confiance.

       Vous  pouvez spécifier l’URL complète pour accéder au site avec le mot-
       clé url.  Elle n’est utilisée qu’en  mode  liste  plate,  afin  qu’elle
       puisse figurer dans les pages« Changements récents ». L’URL ne doit pas
       se terminer par une barre oblique (/) ; un exemple valide est
            url http://www.site.com/monsite

       Si vous spécifiez  l’option  tempupload,  les  fichiers  modifiés  sont
       transmis  au  serveur  distant  avec un préfixe « .in. », puis renommés
       (par déplacement) en leur nom d’origine une fois remontés complètement.

   État des fichiers
       L’état  d’un  fichier  est conservé dans le fichier de stockage associé
       (dans ~/.sitecopy/*), et sert à  déterminer  quand  le  fichier  a  été
       modifié.  Il y a deux méthodes possibles, qui peuvent être choisies via
       le mot-clé state , avec  comme  paramètre  timesize  (par  défaut),  ou
       checksum.

       timesize  utilise  la  date  de  dernière  modification et la taille du
       fichier pour détecter s’il a changé.  checksum  utilise  une  somme  de
       contrôle  MD5  pour  détecter  toute  modification  dans  le contenu du
       fichier.

       Notez que calculer une somme de contrôle implique de  lire  le  contenu
       entier  du fichier ; et est plus lent que d’utiliser simplement la date
       de dernière modification et la taille. Cela peut être utile par exemple
       si  vous  utilisez un système de gestion de versions qui change la date
       de dernière modification des fichiers à chaque extraction  d’une  copie
       de  travail  (« checkout »), alors que le contenu des fichiers n’est en
       réalité pas modifié.

   Mode Sécurisé
       Vous pouvez passer en Mode Sécurisé grâce au mot-clé

       safe.  Dans ce mode, chaque fois  qu’un  fichier  est  remonté  sur  le
       serveur,  la date de modification du fichier telle quelle apparaît sur
       le serveur est conservée. Par la suite, lorsque le fichier a été changé
       localement  et  doit  être à nouveau remonté sur le serveur, la date de
       modification actuellement conservée côté  serveur  est  récupérée  puis
       comparée  avec  la date locale. En cas de différence, cela signifie que
       la copie sur le serveur a  été  changée  par  une  tierce  partie ;  un
       message  d’avertissement  est produit, et votre copie locale n’écrasera
       pas  la  copie  distante,  prévenant  ainsi  la  suppression  de  toute
       modification.

       Le  mode  sécurisé  peut  être utilisé avec des serveurs FTP ou WebDAV,
       mais si Apache/mod_dav est utilisé, il faut une version de  mod_dav  au
       moins égale à 0.9.11.

       Note  Le mode sécurisé ne peut être utilisé conjointement avec l’option
       nooverwrite (voir plus bas).

   Emplacements de stockage des fichiers du site
       Le mot-clé remote spécifie le répertoire racine de la copie distante du
       site. Vous pouvez le donner sous la forme d’un chemin absolu, comme :
            remote /www/monsite/

       Si  vous  utilisez le protocole FTP, vous pouvez également spécifier le
       répertoire  sous  la  forme  d’un  chemin  relatif  au  répertoire   de
       connexion ;  il  doit  être  dans  ce cas préfixé par « ~/ », comme par
       exemple :
            remote ~/public_html/

       Le mot-clé local spécifie le répertoire qui sert localement de stockage
       aux  fichiers  du  site.  Cela  peut être un chemin absolu ou relatif à
       votre répertoire  personnel  (donné  par  la  variable  d’environnement
       $HOME), encore une fois en usant du préfixe « ~/ ».
            local ~/html/lesite/
            local /home/fred/html/lesite/
       sont équivalents, si $HOME est fixé à « /home/fred ».

       Pour  les  deux  mots-clés  local et remote, le chemin spécifié peut se
       terminer par une barre oblique, mais ça n’est pas obligatoire.

   Traitement des permissions des fichiers
       Le traitement des permissions des fichiers est contrôlé par le  mot-clé
       permissions , qui peut prendre une de ces trois valeurs :

       ignore pour ignorer complètement les permissions des fichiers,

       exec   pour   propager   les   permissions   des  fichiers  exécutables
              uniquement,

       all    pour propager les permissions de tous les fichiers.

       Vous pouvez utiliser ce mot-clé par exemple pour vous assurer  que  les
       permissions  de vos scripts CGI soient correctes. Cette option est pour
       le moment ignorée des serveurs WebDAV. Avec les serveurs FTP, un  chmod
       est exécuté côté serveur pour modifier les permissions.

   Traitement des liens symboliques
       Les  liens  symboliques trouvés sur le site local peuvent être au choix
       ignorés, suivis ou maintenus. En mode « follow », le fichier  référencé
       par un lien symbolique sera remonté à l’emplacement du lien sur le site
       distant. En mode « maintain », le lien sera  aussi  créé  sur  le  site
       distant  (voir  ci-dessous).  Le  mode  utilisé  pour  chaque  site est
       spécifié par le mot-clé symlinks , qui peut prendre la  valeur  ignore,
       follow ou maintain.

       Le  mode  par défaut est ignore, i.e. les liens symboliques trouvés sur
       la copie locale du site sont ignorés.

   Maintenance des liens symboliques
       Ce mode  est  n’actuellement  supporté  que  par  les  serveurs  WebDAV
       implémentant   WebDAV   Advanced  Collections,  qui  est  en  cours  de
       développement. Dans ce mode, la  cible  du  lien  sur  le  serveur  est
       littéralement  copié  à partir de la cible du lien symbolique. Astuce :
       vous pouvez utiliser des URL si vous le désirez :
            ln -s "http://www.quelquepart.org/" quelquepart

       De cette façon , un ordre "302 Redirect" peut être  facilement  mis  en
       place depuis le client, sans altérer la configuration du serveur.

   Suppression et déplacememnt des fichiers distants
       Vous  pouvez  utiliser  l’option  nodelete  pour  empêcher les fichiers
       distants  d’être  jamais  supprimés.  Cela  peut  être  utile  si  vous
       conservez  de grosses quantités de données sur le serveur, dont vous ne
       voudriez pas pour autant conserver de copie locale.

       Si votre serveur ne permet pas l’écrasement de fichiers  existants  par
       ceux  que  vous  remontez, utilisez l’option nooverwrite.  Dans ce cas,
       avant de remonter un fichier, sitecopy supprimera au préalable la copie
       distante.

       Si  vous  utilisez  l’option  checkmoved,  sitecopy  cherchera  si  des
       fichiers ont été déplacés localement. Si c’est le cas, lors de la  mise
       à jour du site, ces fichiers seront aussi déplacés sur le site distant.

       Avec l’option checkmoved renames, sitecopy cherchera  si  des  fichiers
       ont  été localement déplacés ou renommés. Cette option n’est utilisable
       qu’en conjonction avec l’option state checksum.

       AVERTISSEMENT

       Si vous n’utilisez pas de somme de contrôle MD5 pour déterminer  l’état
       des  fichiers  (i.e.  avec l’option state checksum ) N’UTILISEZ PAS non
       plus l’option checkmoved si  vous  avez  tendance  à  mettre  dans  des
       répertoires  différents  des  fichiers  de  même nom, taille et date de
       modification. Le risque d’écrasement est improbable, mais ne dites  pas
       que vous n’aviez pas été prévenu.

   Exclure des fichiers
       Certains fichiers peuvent être ignorés de sitecopy par l’emploi du mot-
       clé exclude, qui accepte des motifs  d’expressions  rationnelles  à  la
       manière du shell. Par exemple, utilisez
            exclude *.bak
            exclude *~
            exclude "#*#"
       pour  exclure  tous  les  fichiers  qui  portent  l’extension  .bak, se
       terminent par un tilde (~) ou qui commencent et  se  terminent  par  un
       dièse.  N’oubliez  pas  d’échapper ou d’entourer de guillemets le motif
       s’il inclut un dièse !

       Pour  exclure  des  fichiers  d’un  répertoire  particulier,   préfixez
       simplement  le  motif par le nom du répertoire -- en commençant par une
       barre oblique. Par exemple,
            exclude /docs/*.m4
            exclude /files/*.gz
       excluera tous les fichiers à l’extension .m4  dans  le  sous-répertoire
       « docs »,  et  tous  les  fichiers  à  l’extension  .gz  dans  le sous-
       répertoire « files ».

       Un répertoire entier peut également être exclu -- en omettant la  barre
       oblique à la fin du nom du répertoire. Par exemple,
            exclude /quelque/part
            exclude /autre/part
       excluera    les    sous-répertoires   du   site   « quelque/part »   et
       « autre/part ».

       Les motifs d’exclusion  sont  examinés  lorsque  sitecopy  parcourt  le
       répertoire  local.  Un  fichier  qui  correspond à n’importe lequel des
       motifs ne sera pas ajouté à la liste des fichiers. Cela signifie  qu’un
       fichier  déjà  remonté  sur  le  serveur  qui  correspond  à  un  motif
       d’exclusion sera supprimé du serveur.

   Ignorer les changements des fichiers locaux
       Utilisez l’option ignore pour indiquer à sitecopy  qu’il  doit  ignorer
       les  modifications  locales  apportées  aux  fichiers  du  site.  Si un
       changement est fait au contenu d’un fichier ignoré, le fichier ne  sera
       pas  remonté  sur  le serveur en mode mise à jour. Les fichiers ignorés
       seront toutefois créés, déplacés et supprimés comme en temps normal.

       L’option ignore s’utilise de la même manière que l’option exclude.

       Notez que le mode synchronisation écrasera les changements apportés aux
       fichiers ignorés.

   Mode de transfert par FTP
       Pour  spécifier  le mode de transfert des fichiers par FTP, utilisez le
       mot-clé ascii.  Tout fichier transféré en utilisant le mode ASCII verra
       ses   caractères  de  fin  de  ligne  (CRLF/LF)  interprétés  de  façon
       appropriée. Par exemple, utilisez
            ascii *.pl
       pour remonter tous les fichiers à l’extension .pl  comme  des  fichiers
       texte  ASCII.  Ce mot-clé est actuellement sans effet avec les serveurs
       WebDAV.

VALEURS DE RETOUR

       Les valeurs de  retour  possibles  dépendent  du  mode  opératoire.  Si
       plusieurs  sites  sont  spécifiés  en  ligne  de commande, la valeur de
       retour correspondra aux opérations effectuées pour le dernier des sites
       spécifiés.

   Pour le mode mise à jour
        -1 ... la mise à jour n’a pas pu démarrer - problème de configuration
         0 ... la mise à jour s’est parfaitement effectuée.
         1 ... il y a eu un problème pendant la mise à jour
         2 ... impossible de se connecter ou s’authentifier auprès du serveur

   Pour le mode liste (mode par défaut)
        -1 ... impossible de former la liste - problème de configuration
         0 ... le site distant n’a pas besoin de mise à jour
         1 ... le site distant nécessite une mise à jour

CONTENU DU FICHIER DE CONFIGURATION DEXEMPLE
   Serveur FTP, usage simple
       Le  site de Fred est remonté sur un serveur FTP nommé « my.server.com »
       et maintenu dans le répertoire « public_html » situé dans le répertoire
       de  connexion.  Le  site  est  conservé  en  local  dans  le répertoire
       /home/fred/html.

       site mysite
         server my.server.com
         url http://www.server.com/fred
         username fred
         password juniper
         local /home/fred/html/
         remote ~/public_html/

   Serveur FTP, usage avancé
       Ici,  le  site  de  Freda  est  remonté  sur  un  serveur   FTP   nommé
       « ftp.elsewhere.com »  et  maintenu  dans  le répertoire /www/freda. Le
       site    est    conservé     en     local     dans     le     répertoire
       /home/freda/sites/elsewhere/

       site anothersite
         server ftp.elsewhere.com
         username freda
         password blahblahblah
         local /home/freda/sites/elsewhere/
         remote /www/freda/
         # Freda veut ignorer les fichiers à l’extension .bak ou
         # se terminant par un ~:
         exclude *.bak
         exclude *~

   Serveur WebDAV, usage simple
       Cet exemple montre comment définir un site avec un serveur WebDAV.

       site supersite
         server dav.wow.com
         protocol webdav
         username pow
         password zap
         local /home/joe/www/super/
         remote /

FICHIERS

       ~/.sitecopyrc Emplacement par défaut du fichier de configuration.
       ~/.sitecopy/  Répertoire  de stockage des informations sur les fichiers
       du site distant.
       ~/.netrc Informations relatives aux comptes sur des serveurs  distants.

BOGUES

       Problèmes  connus :  Les  modes récupération et synchronisation ne sont
       PAS fiables avec le protocole FTP. Si  vous  avez  besoin  d’opérations
       atomiques  de  récupération  d’informations  et  de  synchronisation de
       fichiers, n’utilisez pas sitecopy ; essayez plutôt rsync.

       Veuillez envoyer vos rapports d’anomalies et demandes d’améliorations à
       <sitecopy@lyra.org>  plutôt qu’à l’auteur lui-même, puisque la liste de
       diffusion archive ses messages et les vôtres pourraient être  utiles  à
       d’autres utilisateurs.

VOIR AUSSI

       rsync(1), ftp(1), mirror(1)

STANDARDS

       [Cités   seulement   pour  référence,  l’auteur  ne  revendique  aucune
       conformité à aucun de ces standards.]

       RFC 959 - File Transfer Protocol (FTP)
       RFC 1521 - Multipurpose Internet Mail Extensions Part One
       RFC 1945 - Hypertext Transfer Protocol -- HTTP/1.0
       RFC 2396 - Uniform Resource Identifiers: Generic Syntax
       RFC 2518 - HTTP Extensions for Distributed Authoring -- WEBDAV
       RFC 2616 - Hypertext Transfer Protocol -- HTTP/1.1
       RFC 2617 - HTTP Authentication
       REC-XML - Extensible Markup Language (XML) 1.0
       REC-XML-NAMES - Namespaces in XML

ÉBAUCHES DE STANDARDS

       draft-ietf-ftpext-mlst-05.txt - Extensions to FTP
       draft-ietf-webdav-collections-protocol-03.txt   -    WebDAV    Advanced
       Collections Protocol

AUTEURS

       Joe Orton et d’autres.
       e-mail: sitecopy@lyra.org
       www: http://www.lyra.org/sitecopy/

TRADUCTION

       Nicolas Girard <girard_nicolas at yahoo.fr>, 2004.

AVERTISSEMENT SUR LA TRADUCTION

       Il est possible que cette traduction soit imparfaite ou périmée. En cas
       de doute,  veuillez  vous  reporter  au  document  original  en  langue
       anglaise fourni avec le programme.