Provided by: manpages-fr-dev_3.17.1-1_all bug

NOM

       send, sendto, sendmsg - Envoyer un message sur une socket

SYNOPSIS

       #include <sys/types.h>
       #include <sys/socket.h>

       ssize_t send(int sockfd, const void *buf, size_t len, int flags);

       ssize_t sendto(int sockfd, const void *buf, size_t len, int flags,
                      const struct sockaddr *dest_addr, socklen_t addrlen);

       ssize_t sendmsg(int sockfd, const struct msghdr *msg, int flags);

DESCRIPTION

       Les   appels  système  send(),  sendto()  et  sendmsg()  permettent  de
       transmettre un message à destination d’une autre socket.

       L’appel send() ne peut être  utilisé  qu’avec  les  sockets  connectes
       (ainsi,  le  destinataire  visé  est  connu). La seule différence entre
       send() et write(2) est la présence de flags. Si flags est  nul,  send()
       est équivalent à write(2). De plus l’appel suivant :

           send(sockfd, buf, len, flags);

       est équivalent à :

           sendto(sockfd, buf, len, flags, NULL, 0);

       Le  paramètre  sockfd  est  le  descripteur  de  fichier  de  la socket
       émettrice.

       Si sendto() est utilisée sur une socket en mode connexion (SOCK_STREAM,
       SOCK_SEQPACKET),  les  paramètres dest_addr et addrlen sont ignorés (et
       l’erreur EISCONN peut être retournée  s’il  n’y  pas  NULL  ou  0),  et
       l’erreur  ENOTCONN  est  retournée lorsque la socket n’est pas vraiment
       connectée. Autrement, l’adresse de la cible est fournie par  dest_addr,
       addrlen spécifiant sa taille. Pour sendmsg(), l’adresse de la cible est
       fournie par msg.msg_name, msg.msg_namelen spécifiant sa taille.

       Pour send() et sendto(), le message  se  trouve  dans  buf  et  a  pour
       longueur len. Pour sendmsg(), le message est pointé par les éléments du
       tableau msg.msg_iov. L’appel  sendmsg()  permet  également  l’envoi  de
       métadonnées (également appelées données de contrôle).

       Si  le  message  est  trop long pour être transmis intégralement par le
       protocole sous‐jacent, l’erreur EMSGSIZE sera  déclenchée  et  rien  ne
       sera émis.

       Aucune  indication  d’échec  de  distribution n’est fournie par send().
       Seules les erreurs locales sont détectées, et indiquées par une  valeur
       de retour -1.

       Si  la  socket  ne  dispose pas de la place suffisante pour le message,
       alors send() va bloquer, à moins que la socket ait  été  configurée  en
       mode  d’entrées-sorties non bloquantes auquel cas elle renverra EAGAIN.
       On peut utiliser l’appel  système  select(2)  pour  vérifier  s’il  est
       possible d’émettre des données.

       Le paramètre flags est un OU bit à bit de zéro ou plusieurs des options
       suivantes :

       MSG_CONFIRM (Depuis Linux 2.3.15)
              Indiquer à la couche liaison qu’une réponse correcte a été reçue
              du  correspondant.  Si  la  couche  de  liaison  n’a  pas  cette
              confirmation, elle va ré-interroger régulièrement  le  voisinage
              (par  exemple  avec  un  ARP unicast). Seulement valide pour les
              sockets SOCK_DGRAM et SOCK_RAW  et  uniquement  implémenté  pour
              IPv4 et IPv6. Voir arp(7) pour plus de détails.

       MSG_DONTROUTE
              Ne  pas  utiliser  de  passerelle  pour  transmettre  le paquet,
              n’envoyer  de  données  que  vers  les  hôtes  sur  des  réseaux
              directement  connectés.  Ceci  n’est normalement employé que par
              les programmes de diagnostic ou de routage. Cette  option  n’est
              définie  que  pour  les  familles  de  protocoles  employant  le
              routage, pas les sockets par paquets.

       MSG_DONTWAIT (depuis Linux 2.2)
              Activer les opérations non  bloquantes.  Si  l’opération  devait
              bloquer,   EAGAIN   sera  renvoyé  (on  peut  aussi  activer  ce
              comportement avec l’option O_NONBLOCK de la fonction F_SETFL  de
              fcntl(2)).

       MSG_EOR (depuis Linux 2.2)
              Termine  un  enregistrement (lorsque cette notion est supportée,
              comme pour les sockets de type SOCK_SEQPACKET).

       MSG_MORE (Depuis Linux 2.4.4)
              L’appelant a  d’autres  données  à  envoyer.  Cet  attribut  est
              utilisé  avec  les sockets TCP pour obtenir le même comportement
              qu’avec l’option socket TCP_CORK (voir tcp(7)), à la  différence
              que cet attribut peut être positionné par appel.

              Depuis  Linux  2.6,  cet  attribut  est  également géré pour les
              sockets UDP et demande au noyau d’empaqueter toutes les  données
              envoyées  dans  des  appels avec cet attribut positionné dans un
              seul datagramme qui ne sera transmis que  quand  un  appel  sera
              effectué  sans  cet  attribut.  Voir  aussi  la  description  de
              l’option de socket UDP_CORK dans udp(7).

       MSG_NOSIGNAL (depuis Linux 2.2)
              Demande de ne pas envoyer de signal  SIGPIPE  d’erreur  sur  les
              sockets  connectées lorsque le correspondant coupe la connexion.
              L’erreur EPIPE est toutefois renvoyée.

       MSG_OOB
              est utilisée pour émettre des données horsbande sur une  socket
              qui  l’autorise  (par exemple de type SOCK_STREAM). Le protocole
              sous‐jacent  doit  également  autoriser  l’émission  de  données
              horsbande.

       La définition de la structure msghdr se trouve ci-dessous. Voir recv(2)
       pour une description exacte de ses champs.

           struct msghdr {
               void         *msg_name;       /* adresse optionnelle */
               socklen_t     msg_namelen;    /* taille de l’adresse */
               struct iovec *msg_iov;        /* tableau scatter/gather */
               size_t        msg_iovlen;     /* # éléments dans msg_iov */
               void         *msg_control;    /* métadonnées, voir ci‐dessous */
               socklen_t     msg_controllen; /* taille du tampon de métadonnées */
               int           msg_flags;      /* attributs du message reçu */
           };

       On peut transmettre  des  informations  de  service  en  employant  les
       membres  msg_control  et msg_controllen. La longueur maximale du tampon
       de service que le noyau peut gérer est limité par socket par la  valeur
       de /proc/sys/net/core/optmem_max. Voir socket(7).

VALEUR RENVOYÉE

       En  cas d’envoi réussi, ces fonctions renvoient le nombre de caractères
       envoyés. En cas d’erreur, -1 est renvoyé, et  errno  contient  le  code
       d’erreur.

ERREURS

       Voici  les  erreurs  standards  engendrées  par  la  couche socket. Des
       erreurs supplémentaires peuvent être  déclenchées  par  les  protocoles
       sous-jacents. Voir leurs pages de manuel respectives.

       EACCES (Pour  les  sockets  de domaine Unix qui sont identifiées par un
              nom de chemin) La  permission  d’écriture  est  refusée  sur  le
              fichier  socket  de destination ou la permission de parcours est
              refusée   pour   un   des   répertoires    du    chemin    (voir
              path_resolution(7)).

       EAGAIN ou EWOULDBLOCK
              La  socket est non bloquante et l’opération demandée bloquerait.

       EBADF  Descripteur de socket invalide.

       ECONNRESET
              Connexion réinitialisée par le correspondant.

       EDESTADDRREQ
              La socket n’est pas en  mode  connexion  et  aucune  adresse  de
              correspondant n’a été positionnée.

       EFAULT Un   paramètre   pointe   en   dehors  de  l’espace  d’adressage
              accessible.

       EINTR  Un signal a été reçu avant  que  la  moindre  donnée  n’ait  été
              transmise ; voir signal(7).

       EINVAL Un paramètre non valable a été fourni.

       EISCONN
              La   socket  en  mode  connexion  est  déjà  connectée  mais  un
              destinataire a été spécifié. (Maintenant, soit cette erreur  est
              retournée, soit la spécification du destinataire est ignorée.)

       EMSGSIZE
              Le  type  de  socket nécessite une émission intégrale du message
              mais la taille de celui-ci ne le permet pas.

       ENOBUFS
              La file  d’émission  de  l’interface  réseau  est  pleine.  Ceci
              indique  généralement une panne de l’interface réseau, mais peut
              également être dû à un engorgement passager. Ceci ne doit pas se
              produire  sous Linux, les paquets sont silencieusement éliminés.

       ENOMEM Pas assez de mémoire pour le noyau.

       ENOTCONN
              La socket n’est pas connectée et aucune cible n’a été fournie.

       ENOTSOCK
              Le paramètre sockfd n’est pas une socket.

       EOPNOTSUPP
              Au moins un bit de l’argument flags n’est pas approprié pour  le
              type de socket.

       EPIPE  L’écriture  a été terminée du côté local sur une socket orientée
              connexion. Dans ce cas, le processus recevra également un signal
              SIGPIPE sauf s’il a activé l’option MSG_NOSIGNAL.

CONFORMITÉ

       BSD 4.4,  SVr4,  POSIX.1-2001.  Ces  appels  système  sont apparus dans
       BSD 4.2.

       POSIX.1-2001 décrit seulement  les  drapeaux  MSG_OOB  et  MSG_EOR.  Le
       drapeau MSG_CONFIRM est une extension Linux.

NOTES

       Les  prototypes  fournis  plus  haut  suivent les Spécifications Single
       Unix, tout comme glibc2. L’argument flags était un  int  dans  BSD 4.x,
       mais unsigned int dans libc4 et libc5. L’argument len était un int dans
       BSD 4.x et libc4, mais un size_t dans libc5; Le paramètre addrlen était
       un  int dans BSD 4.x, libc4 et libc5. Voir aussi les notes accompagnant
       la page accept(2).

       Selon POSIX.1-2001, le champ  msg_controllen  de  la  structure  msghdr
       devrait  être  de type socklen_t, mais il a actuellement le type size_t
       dans la glibc (version 2.4).

BOGUES

       Linux peut retourner EPIPE au lieu de ENOTCONN.

EXEMPLE

       Un exemple d’utilisation de sendto() se trouve dans la page  de  manuel
       de getaddrinfo(3).

VOIR AUSSI

       fcntl(2),  getsockopt(2), recv(2), select(2), sendfile(2), shutdown(2),
       socket(2), write(2), cmsg(3), ip(7), socket(7), tcp(7), udp(7)

COLOPHON

       Cette page fait partie de  la  publication  3.17  du  projet  man-pages
       Linux.  Une description du projet et des instructions pour signaler des
       anomalies      peuvent      être       trouvées       à       l’adresse
       http://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

       Cette  page  de  manuel  a  été  traduite et mise à jour par Christophe
       Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/> entre 1996 et 2003, puis  par
       Alain  Portal  <aportal AT univ-montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à
       disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

       Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont
       directement gérées par Julien Cristau <jcristau@debian.org> et l’équipe
       francophone de traduction de Debian.

       Veuillez  signaler  toute  erreur   de   traduction   en   écrivant   à
       <debian-l10n-french@lists.debian.org> ou par un rapport de bogue sur le
       paquet manpages-fr.

       Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de  ce  document
       en utilisant la commande « man -L C <section> <page_de_man> ».