Provided by: manpages-fr-dev_3.17.1-1_all bug

NOM

       inet_aton,    inet_addr,    inet_network,   inet_ntoa,   inet_makeaddr,
       inet_lnaof, inet_netof - Routines de manipulation d’adresses Internet

SYNOPSIS

       #include <sys/socket.h>
       #include <netinet/in.h>
       #include <arpa/inet.h>

       int inet_aton(const char *cp, struct in_addr *inp);

       in_addr_t inet_addr(const char *cp);

       in_addr_t inet_network(const char *cp);

       char *inet_ntoa(struct in_addr in);

       struct in_addr inet_makeaddr(int net, int host);

       in_addr_t inet_lnaof(struct in_addr in);

       in_addr_t inet_netof(struct in_addr in);

   Exigences de  macros  de  test  de  fonctionnalités  pour  la  glibc  (voir
   feature_test_macros(7)) :

       inet_aton(), inet_ntoa() : _BSD_SOURCE || _SVID_SOURCE

DESCRIPTION

       inet_aton()  convertit  l’adresse  Internet  de  l’hôte  cp  depuis  la
       notation IPv4 avec nombres et  points  vers  une  forme  binaire  (dans
       l’ordre  d’octet du réseau), et la stocke dans la structure pointée par
       inp. inet_aton() renvoie une valeur non nulle si l’adresse est  valide,
       et  zéro  sinon.  L’adresse  fournie  à  cp peut avoir l’une des formes
       suivantes :

       a.b.c.d   Chacune des quatre parties numériques représente un octet  de
                 l’adresse ;  ces octets sont assignés de gauche à droite pour
                 produire l’adresse binaire.

       a.b.c     Les parties a et b représentent les deux premiers  octets  de
                 l’adresse  binaire.  La  partie  c  est interprétée comme une
                 valeur 16 bits définissant les deux octets les plus à  droite
                 de  l’adresse  binaire.  Cette  notation  est pertinente pour
                 indiquer (démodé) des adresses de réseaux de classe B.

       a.b       La partie a représente le premier octet de l’adresse binaire.
                 La   partie  b  est  interprétée  comme  une  valeur  24 bits
                 définissant les trois octets les plus à droite  de  l’adresse
                 binaire. Cette notation est pertinente pour indiquer (démodé)
                 des adresses de réseaux de classe C.

       a         La  valeur  a  est  interprétée  comme  une  valeur   24 bits
                 directement  enregistrée  dans  l’adresse binaire, sans aucun
                 réajustement d’octet.

       Dans toutes les formes  précédentes,  les  éléments  d’une  adresse  en
       notation  pointée  peuvent  être  indiqués  sous forme décimale, octale
       (avec un 0 devant) ou hexadécimale (avec un 0X devant). La terminologie
       des  adresses  sous  ces  formes est appelée notation numrique pointe
       IPv4. La forme qui  utilise  exactement  quatre  nombres  décimaux  est
       appelée  notation  dcimale  pointe  IPV4 (ou quelques fois : notation
       quadruple pointe IPv4).

       La fonction inet_addr()  convertit  l’adresse  Internet  de  l’hôte  cp
       depuis  la  notation  IPv4 avec nombres et points en une donnée binaire
       dans  l’ordre  des  octets  du  réseau.  Si  l’adresse  est   invalide,
       INADDR_NONE  (généralement  -1)  est  renvoyé.  L’utilisation  de cette
       fonction   pose   problème   car   -1   est   une    adresse    valable
       (255.255.255.255).  Évitez-la au profit de inet_aton(), inet_pton(3) ou
       getaddrinfo(3) qui fournissent un renvoi d’erreur plus propre.

       La  fonction  inet_network()  convertit  cp,  une  chaîne  en  notation
       numérique  pointée IPv4, en un nombre dans l’ordre des octets de l’hôte
       qui pourra être utilisé comme  adresse  de  réseau  Internet.  Si  elle
       réussit, cette fonction renvoie l’adresse convertie. Si l’adresse n’est
       pas valable, -1 est renvoyé.

       La fonction inet_ntoa()  convertit  l’adresse  Internet  de  l’hôte  in
       donnée  dans  l’ordre  des octets du réseau en une chaîne de caractères
       dans la notation numérique pointée. La  chaîne  est  renvoyée  dans  un
       tampon alloué statiquement, qui est donc écrasé à chaque appel.

       La fonction inet_lnaof() renvoie la partie correspondant à l’adresse du
       réseau local d’une adresse Internet in. La  valeur  est  renvoyée  dans
       l’ordre des octets de l’hôte.

       La  fonction  inet_netof()  renvoie  la  partie adresse réseau extraite
       d’une adresse Internet in. La valeur  est  renvoyée  dans  l’ordre  des
       octets de l’hôte.

       La   fonction   inet_makeaddr()   est   la   réciproque  des  fonctions
       inet_netof() et inet_lnaof(). Elle renvoie une adresse d’hôte  Internet
       dans l’ordre des octets du réseau, en combinant le numéro du réseau net
       et l’adresse locale host, chacun d’eux étant  donné  dans  l’ordre  des
       octets de l’hôte.

       La   structure  in_addr  utilisée  dans  inet_ntoa(),  inet_makeaddr(),
       inet_lnaof() et inet_netof() est définie ainsi dans <netinet/in.h> :

           typedef uint32_t in_addr_t;

           struct in_addr {
               in_addr_t s_addr;
           };

CONFORMITÉ

       BSD 4.3. inet_addr() et inet_ntoa() sont spécifiées dans  POSIX.1-2001.
       inet_aton()  n’est pas spécifiée dans POSIX.1-2001, mais est disponible
       sur la plupart des systèmes.

NOTES

       L’ordre des octets des machines  i386  est  « LSB »  (poids  faible  en
       premier,  « little endian »), alors que l’ordre des octets sur internet
       est « MSB» (poids fort en premier ou « big endian »).

       inet_lnaof(),  inet_netof()  et  inet_makeaddr()  sont  des   fonctions
       héritées  qui  supposent  qu’elles  traitent  des  adresses  de classes
       canoniques. Les sous-réseaux de classes canoniques divisent  la  partie
       réseau  et  la  partie  hôte des adresses IPv4 sur des limites d’octets
       comme suit :

       Classe A  Ce type d’adresse est indiqué par la valeur 0 du bit de poids
                 fort  (dans  l’ordre  des  octets  du  réseau)  de l’adresse.
                 L’adresse du réseau est contenue dans l’octet de  poids  fort
                 et l’adresse de l’hôte dans les trois octets restants.

       Classe B  Ce  type  d’adresse est indiqué par la valeur binaire 10 dans
                 les deux bits de poids fort de l’adresse. L’adresse du réseau
                 est  contenue dans les deux octets de poids fort et l’adresse
                 de l’hôte dans les deux octets restants.

       Classe C  Ce type d’adresse est indiqué par la valeur binaire 110  dans
                 les  trois  bits  de  poids  fort  de l’adresse. L’adresse du
                 réseau est contenue dans les trois octets de  poids  fort  et
                 l’adresse de l’hôte dans l’octet restant.

       La  classification  des  adresses  réseaux  est  aujourd’hui  obsolète,
       supplantée par le « Classless Inter-Domain Routing (CIDR) », qui scinde
       les adresses en éléments réseau et hôte sur une frontière arbitraire en
       bit (plutôt qu’en octet).

EXEMPLE

       Ci-dessous,  un  exemple  de  l’utilisation  de   inet_aton()   et   de
       inet_ntoa(). Voici des exemples d’exécution :

           $ ./a.out 226.000.000.037      # Last byte is in octal
           226.0.0.31
           $ ./a.out 0x7f.1               # First byte is in hex
           127.0.0.1

   Source du programme

       #define _BSD_SOURCE
       #include <arpa/inet.h>
       #include <stdio.h>
       #include <stdlib.h>

       int
       main(int argc, char *argv[])
       {
           struct in_addr addr;

           if (argc != 2) {
               fprintf(stderr, "%s <dotted-address>\n", argv[0]);
               exit(EXIT_FAILURE);
           }

           if (inet_aton(argv[1], &addr) == 0) {
               perror("inet_aton");
               exit(EXIT_FAILURE);
           }

           printf("%s\n", inet_ntoa(addr));
           exit(EXIT_SUCCESS);
       }

VOIR AUSSI

       byteorder(3),    getaddrinfo(3),    gethostbyname(3),   getnameinfo(3),
       getnetent(3), inet_ntop(3), inet_pton(3), hosts(5), networks(5)

COLOPHON

       Cette page fait partie de  la  publication  3.17  du  projet  man-pages
       Linux.  Une description du projet et des instructions pour signaler des
       anomalies      peuvent      être       trouvées       à       l’adresse
       http://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

       Cette  page  de  manuel  a  été  traduite et mise à jour par Christophe
       Blaess <http://www.blaess.fr/christophe/> entre 1996 et 2003, puis  par
       Alain  Portal  <aportal AT univ-montp2 DOT fr> jusqu’en 2006, et mise à
       disposition sur http://manpagesfr.free.fr/.

       Les mises à jour et corrections de la version présente dans Debian sont
       directement gérées par Florentin Duneau <fduneau@gmail.com> et l’équipe
       francophone de traduction de Debian.

       Veuillez  signaler  toute  erreur   de   traduction   en   écrivant   à
       <debian-l10n-french@lists.debian.org> ou par un rapport de bogue sur le
       paquet manpages-fr.

       Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de  ce  document
       en utilisant la commande « man -L C <section> <page_de_man> ».