Provided by: manpages-fr-extra_20080921_all bug

NOM

       fstab - Informations statiques sur les systèmes de fichiers

SYNOPSIS

       #include <fstab.h>

DESCRIPTION

       Le  fichier  fstab  contient  des informations décrivant les différents
       systèmes de fichiers. fstab  est  uniquement  lu  par  les  programmes,
       jamais  écrit. Cette responsabilité est laissée à l’administrateur, qui
       doit créer et maintenir lui-même ce fichier. Chaque système de fichiers
       est  décrit  sur une ligne indépendante. Les champs contenus sur chaque
       ligne sont séparés par des  espaces  ou  des  tabulations.  Les  lignes
       commençant par « # » sont des commentaires. L’ordre des enregistrements
       au sein de fstab est important  car  fsck(8),  mount(8),  et  umount(8)
       utilisent les uns à la suite les enregistrements de fstab.

       Le premier champ (fs_spec) décrit le périphérique bloc ou le système de
       fichiers distant à monter.

       Pour les montages habituels, ce champ contient (un lien vers) un  noeud
       spécial   de   périphérique   (comme   lorsque   créé   par  mknod(8)),
       correspondant  au  périphérique  à  monter,  comme  « /dev/cdrom »   ou
       « /dev/sdb7 ».  Pour  les montages NFS, le champ contient <hôte>:<rép>,
       par ex. «knuth.aeb.nl:/ ». Pour  le  système  de  fichiers  « procfs »,
       utilisez «proc ».

       Plutôt  que  fournir  explicitement  le  nom  du  périphérique, on peut
       désigner un système de fichiers (ext2 ou xfs) à monter par son UUID  ou
       son  nom  de  volume  (voyez  e2label(8)  ou xfs_admin(8)), en écrivant
       LABEL=<nom>   ou   UUID=<uuid>,   par   exemple    « LABEL=Boot »    ou
       «UUID=3e6be9de-8139-11d1-9106-a43f08d823a6 ».  Ceci  rendra  le système
       plus robuste : l’ajout ou la suppression d’un disque SCSI change le nom
       du  périphérique  du  disque  mais  pas  le nom du volume du système de
       fichiers.

       Le deuxième champ (fs_file) indique le point de montage du  système  de
       fichier. Pour les partitions d’échange, ce champ doit prendre la valeur
       «none ». Si le nom du point de montage contient des  espaces,  il  faut
       les protéger avec « \040 ».

       Le  troisième champ (fs_vfstype) décrit le type de système de fichiers.
       Linux reconnaît beaucoup de systèmes de  fichiers,  comme  adfs,  affs,
       autofs,  coda,  coherent,  cramfs,  devpts, efs, ext2, ext3, hfs, hpfs,
       iso9660, jfs, minix, msdos, ncpfs, nfs,  ntfs,  proc,  qnx4,  reiserfs,
       romfs,  smbfs,  sysv,  tmpfs,  udf,  ufs,  umsdos, vfat, xenix, xfs, et
       probablement d’autres. Pour plus de détails, voyez mount(8).  Pour  les
       systèmes  reconnus  par le noyau en cours, voyez /proc/filesystems. Une
       entrée swap indique une partition ou un fichier  à  utiliser  pour  les
       échanges,  voyez  swapon(8).  Si  l’entrée  vaut  ignore,  la ligne est
       ignorée.  Ceci  permet  de  visualiser  aisément  les  partitions   non
       utilisées.

       Le quatrième champ (fs_mntops) définit les options de montage associées
       au système de fichiers.

       Il s’agit  d’une  liste  d’options  séparées  par  des  virgules.  Elle
       contient  au  moins  le type de montage, suivi éventuellement d’options
       appropriées au type de système de fichiers. Pour la  documentation  sur
       les options disponibles pour les systèmes non-NFS, voyez mount(8). Pour
       la documentation sur les options spécifiques à NFS, voyez  nfs(5).  Les
       options  communes  à  tous les systèmes de fichiers sont « noauto » (ne
       pas  monter  lorsqu’un  appel  «mount  -a »  a  lieu,  par  exemple  au
       démarrage),  « user »  (autoriser  un  utilisateur à monter), « owner »
       (autoriser le propriétaire du périphérique à  monter),  et  « comment »
       (par  exemple,  à utiliser avec des programmes de maintenance de fstab)
       Les options « owner » et « comment » sont  spécifiques  à  Linux.  Pour
       plus de détails, voyez mount(8).

       Le  cinquième  champ (fs_freq) est utilisé par la commande dump(8) pour
       déterminer quels sont les systèmes  de  fichiers  à  décharger.  Si  le
       cinquième  champ  est absent ou vaut zéro, dump supposera qu’il ne faut
       pas décharger ce système.

       Le sixième champ (fs_passno) est utilisé par le programme fsck(8)  pour
       déterminer   l’ordre  de  vérification  des  systèmes  de  fichiers  au
       démarrage. Le système de fichiers racine doit avoir un champ  fs_passno
       de valeur 1, et les autres un champ fs_passno de valeur 2. Les systèmes
       partageant le même contrôleur seront vérifiés à  la  suite,  mais  ceux
       utilisant  différents  contrôleurs  seront  vérifiés simultanément pour
       profiter du parallélisme offert par le matériel. Si  le  sixième  champ
       est  absent ou vaut zéro, fsck ne vérifiera pas ce système de fichiers.

       La  meilleure  manière  de  lire  les  enregistrements  de  fstab   est
       d’utiliser les routines getmntent(3).

FICHIERS

       /etc/fstab

VOIR AUSSI

       getmntent(3), mount(8), swapon(8), fs(5), nfs(5)

HISTORIQUE

       L’ancêtre de ce format de fichier fstab est apparu dans 4.0BSD.

DISPONIBILITÉ

       Cette  page  de  manuel  fait  partie du paquet util-linux-ng, elle est
       disponible sur ftp://ftp.kernel.org/pub/linux/utils/util-linux-ng/.

TRADUCTION

       Cette page de manuel a été traduite  et  mise  à  jour  par  Christophe
       Blaess  entre  1997  et  2003.   La  version  présente  dans Debian est
       maintenue par Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com> et les  membres
       de la liste <debian-l10n-french AT lists DOT debian DOT org>.  Veuillez
       signaler toute erreur de traduction par un  rapport  de  bogue  sur  le
       paquet manpages-fr-extra.