Provided by: manpages-fr-extra_20090906_all bug

NOM

       mke2fs - Créer un système de fichiers ext2/ext3/ext4.

SYNOPSIS

       mke2fs  [ -c | -l fichier ] [ -b taille_bloc ] [ -f taille_fragment ] [
       -g blocs_par_groupe ] [ -G nombre_de_groupes ] [ -i octets_par_inode  ]
       [  -I taille_inode ] [ -j ] [ -J options_journal ] [ -N nombre_inodes ]
       [ -n ] [ -m  pourcentage_blocs_rservs  ]  [  -o  creator-os  ]  [  -O
       caractristique[,...] ] [ -q ] [ -r rvision_sf ] [ -E options_tendues
       ] [ -v ] [ -F ] [ -L nom_nouveau_volume ] [ -M last-mounted-directory ]
       [  -S  ]  [  -t  type_sf  ]  [ -T type_utilisation ] [ -U UUID ] [ -V ]
       priphrique [ nombre_blocs ]

       mke2fs -O journal_dev [ -b taille_bloc ] [ -L nom_nouveau_volume ] [ -n
       ] [ -q ] [ -v ] journal_externe [ nombre_blocs ]

DESCRIPTION

       mke2fs est utilisé pour créer un système de fichiers ext2, ext3 ou ext4
       sur  un  périphérique,  habituellement   une   partition   de   disque.
       priphrique est le fichier spécial qui correspond au périphérique (par
       exemple  /dev/hdXX).  nombre_blocs  est  le  nombre  de  blocs  sur  le
       périphérique.    Si   ce   paramètre   est   omis,   mke2fs   détermine
       automatiquement la taille du système de fichiers. Si le  programme  est
       appelé  par la commande mkfs.ext3 un journal est créé comme si l’option
       -j avait été spécifiée.

       The defaults of the parameters for the newly created filesystem, if not
       overridden   by  the  options  listed  below,  are  controlled  by  the
       /etc/mke2fs.conf configuration file.  See  the  mke2fs.conf(5)   manual
       page for more details.

OPTIONS

       -b taille_bloc
              Spécifier  la  taille  des blocs en octets. Les tailles de blocs
              valables sont 1024, 2048 et 4096 octets par bloc. S’il est omis,
              taille_bloc est déterminé en fonction de la taille du système de
              fichiers et de son utilisation prévue  (voir  l’option  -T).  Si
              taille_bloc  est négatif, mke2fs utilisera des heuristiques pour
              déterminer la taille appropriée, en imposant que la taille  soit
              au  moins  de  taille_bloc  octets.  C’est  utile  pour certains
              périphériques physiques qui nécessitent que la  taille  de  bloc
              soit un multiple de 2 ko.

       -c     Vérifier  les  blocs  défectueux  avant  de  créer le système de
              fichiers. Si cette option est spécifiée deux fois, alors un test
              en  lecture/écriture  plus lent est utilisé à la place d’un test
              rapide en lecture seule.

       -E options_tendues
              Définir des options étendues sur le  système  de  fichiers.  Les
              options  étendues  sont  séparées  par  des  virgules et peuvent
              prendre un paramètre  en  utilisant  le  symbole  égal  (« = »).
              L’option  -E  correspond à l’option -R des anciennes versions de
              mke2fs. L’option -R est encore  acceptée  pour  des  raisons  de
              compatibilité  ascendante.  Les  options étendues suivantes sont
              supportées :

                   stride=taille_enjambe
                          Configure the  filesystem  for  a  RAID  array  with
                          stride-size filesystem blocks. This is the number of
                          blocks read or written to disk before moving to  the
                          next  disk,  which  is  sometimes referred to as the
                          chunk  size.  This  mostly  affects   placement   of
                          filesystem  metadata  like bitmaps at mke2fs time to
                          avoid placing them on a single disk, which can  hurt
                          performance.   It  may  also  be  used  by the block
                          allocator.

                   stripe-width=largeur_bande
                          Configure the  filesystem  for  a  RAID  array  with
                          stripe-width  filesystem  blocks per stripe. This is
                          typically stride-size * N, where N is the number  of
                          data-bearing  disks  in  the  RAID  (e.g. for RAID 5
                          there is one parity disk, so N will be the number of
                          disks  in the array minus 1).  This allows the block
                          allocator to prevent read-modify-write of the parity
                          in  a  RAID  stripe  if  possible  when  the data is
                          written.

                   resize=taille_max__chaud
                          Réserver suffisamment d’espace pour que la table des
                          descripteurs  de groupes de blocs grossisse de telle
                          sorte qu’elle puisse gérer un système de fichiers de
                          taille_max__chaud blocs.

                   lazy_itable_init[= <0 pour dsactiver, 1 pour activer>]
                          If enabled and the uninit_bg feature is enabled, the
                          inode table will not be fully initialized by mke2fs.
                          This speeds up filesystem initialization noticeably,
                          but it requires the kernel  to  finish  initializing
                          the filesystem in the background when the filesystem
                          is first mounted.  If the option value  is  omitted,
                          it   defaults  to  1  to  enable  lazy  inode  table
                          initialization.

                   test_fs
                          Set a flag in the filesystem  superblock  indicating
                          that  it  may  be  mounted using experimental kernel
                          code, such as the ext4dev filesystem.

       -f taille_fragment
              Spécifier la taille des fragments en octets.

       -F     Forcer l’exécution de mke2fs, même si le  périphérique  spécifié
              n’est  pas une partition sur un périphérique de blocs ou si pour
              d’autres raisons ça ne semble pas être sensé. Pour forcer mke2fs
              à  créer  le système de fichiers, même si le système de fichiers
              apparaît comme utilisé ou est déjà monté (ce qui peut être  très
              dangereux), cette option doit être spécifiée deux fois.

       -g blocs_par_groupe
              Spécifier  le  nombre de blocs dans un groupe de blocs. Il n’y a
              généralement  aucune  raison   qu’un   utilisateur   change   ce
              paramètre,  puisque  la  valeur par défaut est optimisée pour le
              système de fichiers. (Pour les administrateurs  qui  créent  des
              systèmes  de  fichiers  sur des matrices RAID, il est préférable
              d’utiliser le paramètre RAID stride avec l’option -E plutôt  que
              de  manipuler  le nombre de blocs par groupes). Cette option est
              en général utilisée par les développeurs qui développent des cas
              de test.

       -G nombre_groupes
              Specify  the number of block groups that will be packed together
              to create one large virtual block group on an  ext4  filesystem.
              This  improves  meta-data  locality and performance on meta-data
              heavy workloads.  The number of groups must be a power of 2  and
              may  only  be  specified  if  the  flex_bg filesystem feature is
              enabled.

       -i octets_par_inode
              Spécifier le ratio octets/inode.  mke2fs  crée  une  inode  pour
              chaque  octets_par_inode  octets d’espace sur le disque. Plus le
              ratio octets_par_inode est élevé, moins on crée d’inodes.  Cette
              valeur  ne  devrait généralement pas être inférieure à la taille
              des blocs du système de fichiers car il serait alors  créé  plus
              d’inodes  que  ce  qui pourrait être utilisé. Sachez qu’il n’est
              pas possible d’augmenter le  nombre  d’inodes  d’un  système  de
              fichiers  après sa création, donc faites attention à choisir une
              valeur correcte pour ce paramètre.

       -I taille_inode
              Spécifier la taille de chaque inode, en octets. mke2fs crée  des
              inodes de 256 octets par défaut. Les noyaux postérieurs à 2.6.10
              et les noyaux de certains  distributeurs  permettent  d’utiliser
              des  inodes  de  plus  de  128 octets,  qui  peuvent stocker des
              attributs étendus pour améliorer les performances. La valeur  de
              taille_inode  doit être une puissance de 2 supérieure ou égale à
              128. Plus taille_inode est importante, plus la table des  inodes
              prendra  de  place, réduisant la place disponible sur le système
              de fichiers et pouvant également réduire les  performances.  Les
              attributs étendus enregistrés dans des inodes larges ne sont pas
              visibles avec les noyaux 2.4. Il n’est pas possible  de  changer
              cette valeur après la création du système de fichiers.

       -j     Créer  le  système de fichiers avec un journal ext3. Si l’option
              -J  n’est  pas  spécifiée,  des  paramètres  par  défaut  seront
              utilisés  pour  le dimensionnement du journal (suivant la taille
              du système de fichiers) stocké  dans  le  système  de  fichiers.
              Remarquez  qu’il  est  impératif  d’utiliser  un  noyau  avec le
              support d’ext3 pour pouvoir utiliser le journal.

       -J options_journal
              Créer le journal ext3 en utilisant des options spécifiées par la
              ligne de commandes. Les options du journal sont séparées par des
              virgules et peuvent prendre un paramètre  par  l’utilisation  du
              signe  égal (« = »). Les options supportées pour le journal sont
              les suivantes :

                   size=taille_journal
                          Créer un journal dans  le  système  de  fichiers  de
                          taille   taille_journal  mégaoctets.  La  taille  du
                          journal doit être d’au moins 1024 blocs  du  système
                          de  fichiers  (c’est-à-dire  1 Mo  pour des blocs de
                          1 ko, 4 Mo pour des blocs de  4 ko,  etc.)  et  d’au
                          plus  102 400  blocs.  Le journal doit pouvoir tenir
                          dans le système de fichiers nouvellement créé.

                   device=journal_externe
                          Lier  le  système  de   fichiers   au   périphérique
                          journal_externe  contenant  un  journal.  Le journal
                          externe doit avoir déjà été crée par la commande :

                          mke2fs -O périphérique_journal journal_externe

                          Remarquez que journal_externe doit  avoir  été  créé
                          avec  la même taille de blocs que le nouveau système
                          de  fichiers.  De  plus,  même  s’il  est   possible
                          d’attacher  plusieurs  systèmes  de  fichiers  à  un
                          unique journal,  le  noyau  Linux  et  e2fsck(8)  ne
                          supportent   toujours  pas  le  partage  de  journal
                          externe.

                          Au  lieu  de  spécifier  directement   un   nom   de
                          périphérique,   journal_externe   peut   aussi  être
                          spécifié sous la forme LABEL=nom ou  UUID=UUID  pour
                          indiquer  le journal externe par le nom de volume ou
                          par l’UUID stocké dans le superbloc ext2 au début du
                          journal.  Utilisez  dumpe2fs(8) pour afficher le nom
                          de volume et l’UUID du  périphérique  d’un  journal.
                          Voir aussi l’option -L de tune2fs(8).

              Une  seule  des  deux  options size ou device peut être utilisée
              pour un système de fichiers donné.

       -l fichier
              Lire la liste des blocs défectueux  à  partir  du  fichier.  Les
              numéros  de  blocs de la liste des blocs défectueux doivent être
              générés en utilisant la même taille de bloc que  celle  utilisée
              par  mke2fs.  Par  conséquent,  l’utilisation  de l’option -c de
              mke2fs est une méthode beaucoup plus simple et moins  sujette  à
              erreurs  pour vérifier les blocs défectueux d’un disque avant de
              le formater, puisque dans ce cas mke2fs fournira automatiquement
              les paramètres corrects au programme badblocks.

       -L nom_nouveau_volume
              Configurer   l’étiquette   (label)  du  système  de  fichiers  à
              nom_nouveau_volume. La taille maximale du nom est de  16 octets.

       -m pourcentage_blocs_rservs
              Spécifier  le  pourcentage  de  blocs  du  système  de  fichiers
              réservés pour  le  superutilisateur.  Ceci  permet  d’éviter  la
              fragmentation  et  permet  aux  démons  lancé  par  root,  comme
              syslogd(8), de continuer à fonctionner  correctement  après  que
              les  processus non privilégiés ne soient plus autorisés à écrire
              sur le système de fichiers. La valeur par défaut est de 5 %.

       -M dernier_rpertoire_montage
              Positionner le dernier répertoire où le système  de  fichiers  a
              été  monté.  Cela pourrait être utile pour aider des utilitaires
              qui recherchent le dernier point de montage pour  déterminer  où
              le système de fichiers devrait être monté.

       -n     Indiquer  à  mke2fs  de  ne  pas  réellement créer le système de
              fichiers, mais d’afficher ce qu’il ferait s’il devait le  créer.
              Ça  peut être utile pour déterminer l’emplacement des superblocs
              pour un  système  de  fichiers  particulier,  du  moins  si  les
              paramètres  de  mke2fs sont les mêmes que ceux passés lors de la
              création du système de fichiers.

       -N nombre_inodes
              Remplacer le calcul par défaut du nombre d’inodes qui  devraient
              être  réservées pour le système de fichiers (qui est basé sur le
              nombre de blocs et le ratio  octets_par_inode).  Cela  permet  à
              l’utilisateur   de  spécifier  directement  le  nombre  d’inodes
              désiré.

       -o creator-os
              Remplacer manuellement la valeur par défaut du champ  « créateur
              du système d’exploitation » du système de fichiers. La valeur de
              ce champ vaut par défaut le nom du système d’exploitation  natif
              pour lequel l’exécutable mke2fs a été compilé.

       -O caractristique[,...]
              Create   a   filesystem  with  the  given  features  (filesystem
              options),  overriding  the  default  filesystem  options.    The
              features  that  are  enabled  by  default  are  specified by the
              base_features relation, either in the [defaults] section in  the
              /etc/mke2fs.conf   configuration  file,  or  in  the  [fs_types]
              subsections for the usage types as specified by the  -T  option,
              further   modified   by  the  features  relation  found  in  the
              [fs_types] subsections for the filesystem and usage types.   See
              the   mke2fs.conf(5)    manual   page  for  more  details.   The
              filesystem type-specific  configuration  setting  found  in  the
              [fs_types]  section  will  override  the global default found in
              [defaults].

              Le jeu de caractéristiques sera mis au point en utilisant le jeu
              de  caractéristiques fourni par cette option ou, si cette option
              n’est pas fournie, en utilisant la variable default_features  du
              type  de système de fichiers qui doit être créé ou de la section
              [defaults] du fichier de configuration.

              Le jeu de caractéristiques est une  liste  de  caractéristiques,
              séparées  par  des  virgules,  qui  doivent  être activées. Pour
              désactiver une caractéristique, préfixez-la  simplement  par  un
              caractère « ^ ». La caractéristique particulière « none » permet
              de supprimer toutes les caractéristiques de système de fichiers.

                   large_file
                          Le système de fichiers peut contenir des fichiers de
                          plus de 2 Go. (Les  noyaux  récents  activent  cette
                          caractéristique  automatiquement quand un fichier de
                          plus de 2 Go est créé).

                   dir_index
                          Utiliser des arbres binaires hachés  pour  accélérer
                          la  recherche dans les répertoires de grande taille.

                   filetype
                          Enregistrer  les  informations  sur  les  types   de
                          fichiers dans les entrées de répertoires.

                   flex_bg
                          Allow  bitmaps and inode tables for a block group to
                          be placed anywhere on the storage media (use with -G
                          option to group meta-data in order to create a large
                          virtual block group).

                   has_journal
                          Créer  un  journal  ext3  (comme  si  on   utilisait
                          l’option -j).

                   journal_dev
                          Créer  un journal ext3 externe sur le périphérique à
                          la place  d’un  système  de  fichiers  ext2  normal.
                          Remarquez que journal-externe doit être créé avec la
                          même taille de blocs que les  systèmes  de  fichiers
                          qui vont l’utiliser.

                   extent Instead  of  using  the  indirect  block  scheme for
                          storing the location of data blocks in an inode, use
                          extents  instead.   This  is  a  much more efficient
                          encoding  which   speeds   up   filesystem   access,
                          especially for large files.

                   uninit_bg
                          Create  a filesystem without initializing all of the
                          block groups.  This feature also  enables  checksums
                          and    highest-inode-used    statistics    in   each
                          blockgroup.  This feature can  speed  up  filesystem
                          creation  time  noticeably  (if  lazy_itable_init is
                          enabled),  and   can   also   reduce   e2fsck   time
                          dramatically.   It  is  only  supported  by the ext4
                          filesystem in recent Linux kernels.

                   resize_inode
                          Réserver de la place pour permettre à la  table  des
                          descripteurs  de  groupe  de  blocs  de grossir plus
                          tard. C’est utile pour permettre  le  changement  de
                          taille  à  chaud  avec resize2fs. Par défaut, mke2fs
                          essaie de réserver de la place pour que  le  système
                          de  fichiers  puisse grossir 1024 fois. Ça peut être
                          changé en utilisant l’option étendue resize.

                   sparse_super
                          Créer un système de fichiers avec moins de copies de
                          sauvegarde  du  super bloc (préserve de l’espace sur
                          les gros systèmes de fichiers).

       -q     Exécution  silencieuse.  Utile  pour  exécuter  mke2fs  dans  un
              script.

       -r rvision
              Positionner  la  révision du système de fichiers pour le nouveau
              système de fichiers. Remarquez que les noyaux 1.2 ne  supportent
              que  la  révision  0.  Par défaut, les systèmes de fichiers sont
              créés avec la révision 1.

       -S     Écrire uniquement le super bloc et les descripteurs de  groupes.
              C’est  utile  si  le  super  bloc et toutes ses sauvegardes sont
              corrompues et que l’on souhaite une méthode de  récupération  en
              dernier recours. Cela entraîne la réinitialisation du super bloc
              et des descripteurs de groupes par  mke2fs  sans  toucher  à  la
              table  des  inodes,  ni  à  la  carte  des  blocs  et inodes. Le
              programme  e2fsck  devrait  être  exécuté  immédiatement   après
              l’utilisation  de  cette  option et il n’y a aucune garantie que
              des données pourront être récupérées. Avec cette option, il  est
              vital de spécifier une taille correcte pour les blocs du système
              de fichiers ou il n’y a aucune chance de récupération.

       -t type_sf
              Specify the filesystem type (i.e., ext2, ext3, ext4, etc.)  that
              is  to be created.  If this option is not specified, mke2fs will
              pick a default either via how the command was run (for  example,
              using  a  name  of the form mkfs.ext2, mkfs.ext3, etc.) or via a
              default as  defined  by  the  /etc/mke2fs.conf(5)   file.   This
              option  controls  which  filesystem options are used by default,
              based    on    the    fstypes    configuration     stanza     in
              /etc/mke2fs.conf(5).

              If  the -O option is used to explicitly add or remove filesystem
              options that should be set in the newly created filesystem,  the
              resulting  filesystem  may  not  be  supported  by the requested
              fs-type.  (e.g., "mke2fs -t  ext3  -O  extents  /dev/sdXX"  will
              create   a   filesystem  that  is  not  supported  by  the  ext3
              implementation as found in the Linux kernel; and "mke2fs -t ext3
              -O  ^has_journal  /dev/hdXX"  will create a filesystem that does
              not have a journal and hence will not be supported by  the  ext3
              filesystem code in the Linux kernel.)

       -T type_utilisation[,...]
              Spécifier  comment  le  système de fichiers va être utilisé afin
              que mke2fs puisse choisir les  paramètres  optimaux  pour  cette
              utilisation.  Les  types de d’utilisation supportés sont définis
              dans   le   fichier   de   configuration    /etc/mke2fs.conf(5).
              L’utilisateur  peut  définir  un  type  d’utilisation ou plus en
              fournissant une liste d’utilisations séparées par des  virgules.

              Si  cette  option n’est pas précisée, mke2fs utilisera un unique
              type d’utilisation par  défaut  en  fonction  de  la  taille  du
              système de fichiers à créer. Si la taille du système de fichiers
              est inférieure ou égale à 3 mégaoctets, mke2fs(8)  utilisera  le
              type  floppy. Si la taille du système de fichiers est supérieure
              à 3 mégaoctets, mais  inférieure  ou  égale  à  512  mégaoctets,
              mke2fs(8) utilisera le type small. Sinon, mke2fs(8) utilisera le
              type par défaut default.

       -U UUID
              Créer le système de fichiers avec l’UUID indiqué.

       -v     Exécution en mode verbeux.

       -V     Afficher le numéro de version de mke2fs, puis quitter.

AUTEUR

       Cette version de mke2fs a été écrite par Theodore Ts’o <tytso@mit.edu>.

BOGUES

       mke2fs  accepte  l’option  -f  mais  l’ignore actuellement parce que le
       système de fichiers ext2 ne supporte pas encore les fragments.
       Il peut y en avoir d’autres. Veuillez les signaler à l’auteur.

DISPONIBILITÉ

       mke2fs est inclus dans  le  paquet  e2fsprogs  et  est  disponible  sur
       http://e2fsprogs.sourceforge.net.

VOIR AUSSI

       mke2fs.conf(5), badblocks(8), dumpe2fs(8), e2fsck(8), tune2fs(8)

TRADUCTION

       Cette  page  de  manuel a été traduite par Emmanuel Araman en 2002.  La
       version présente dans Debian est maintenue par les membres de la  liste
       <debian-l10n-french  AT  lists  DOT debian DOT org>.  Veuillez signaler
       toute erreur de traduction par  un  rapport  de  bogue  sur  le  paquet
       manpages-fr-extra.