Provided by: net-tools_1.60-23ubuntu2_i386 bug

NAME

       route - affiche / manipule la table de routage IP

SYNOPSIS

       route [-CFvnee]

       route  [-v]  [-A  famille]  add [-net|-host] cible [netmask Nm] [gw Gw]
              [metric N] [mss M] [window W]  [irtt  I]  [reject]  [mod]  [dyn]
              [reinstate] [[dev] If]

       route  [-v]  [-A  famille]  del [-net|-host] cible [gw Gw] [netmask Nm]
              [metric N] [[dev] If]

       route  [-V] [--version] [-h] [--help]

DESCRIPTION

       Route manipule la table  de  routage  IP  du  noyau.   Son  utilisation
       première  consiste  à configurer des routes statiques vers des hôtes ou
       des réseaux via une interface, après sa configuration par le  programme
       ifconfig(8).

OPTIONS

       -v     Active le mode verbeux.

       -A famille
              Utilise la famille d’adresses spécifiée (p.ex. ‘inet’, ‘inet6’).

       -n     Affiche les adresses numériques, au lieu d’essayer de déterminer
              les noms d’hôtes. C’est utile si vous essayer de savoir pourquoi
              la route vers votre serveur de nom a disparu.

       -e     utilise  netstat(8)-format  pour  l’affichage  de  la  table  de
              routage.   -ee  Génère  une  très  longue  ligne  avec  tous les
              paramètres à partir de la table de routage.

       -net   la cible est un réseau.

       -host  la cible est un hôte.

       -F     affiche la table de routage FIB du  noyau.  L’organisation  peut
              être changée avec -e et -ee

       -C     affiche le cache de routage du noyau.

       del    supprime une route.

       add    ajoute une route.

       cible  L’hôte ou le réseau destination. Vous pouvez fournir une adresse
              IP en notation décimale pointée ou un nom d’hôte ou de réseau.

       netmask Nm
              spécifie le masque réseau de la route à ajouter.

       gw Gw  signifie que tout paquet IP envoyé à cette adresse   sera  routé
              par la passerelle spécifiée.  NOTE: La passerelle concernée doit
              pouvoir être atteinte. Ceci signifie qu’une route statique  vers
              cette  passerelle doit préalablement exister.  Si vous spécifiez
              l’adresse de l’une de vos interfaces locales, elle sera utilisée
              pour  décider  de  l’interface  vers laquelle les paquets seront
              envoyés. Ceci est une  bidouille  permettant  d’être  compatible
              BSD.

       metric M
              Affecte  la  valeur  M  au champ métrique de la table de routage
              (utilisé par les démons de routage).

       mss M  Spécifie  le  MSS  (Maximum  Segment  Size,  Taille  maximum  de
              segment) de TCP, pour les connexions empreintant cette route. Ce
              n’est normalement utilisé que pour des optimisations  fines  des
              configurations de routage.

       window W
              Définit  la taille de fenêtre TCP à W octets pour les connexions
              relatives à cette route. C’est en général uniquement utilisé sur
              les  réseaux  AX.25  et avec les pilotes incapables de manipuler
              les trames dos à dos.

       irtt I Définit le iRTT initial (round trip time)  pour  les  connexions
              TCP  sur  cette  route  à  I  millisecondes  (1-12000). C’est en
              général uniquement utilisé sur les réseaux AX.25.  Si  omis,  la
              valeur par défaut (300 ms selon le RFC 1122) est utilisée.

       reject Installe   une   route  bloquante,  qui  forcera  l’échec  d’une
              recherche.  C’est par exemple utilisé pour masquer  les  réseaux
              avant  d’utiliser la route par défaut. Ce n’est pas une fonction
              de pare-feu.

       mod, dyn, reinstate
              Installe une route dynamique ou modifiée. Les  deux  indicateurs
              ne sont en général positionnés que par le démon de routage. Cela
              ne sert que pour des besoins de diagnostics.

       dev If Force la route à être associée au périphérique  spécifié,  sinon
              le  noyau  tentera  de le déterminer par lui-même (en consultant
              les routes existantes et les spécifications  de  périphériques).
              Dans  la plupart des réseaux normaux, vous n’aurez pas besoin de
              ceci.

              If dev If est la dernière option de la ligne de commande, le mot
              dev  peut  être  omis,  puisque  c’est  la  valeur  par  défaut.
              Autrement l’ordre des modificateurs de route (metric - netmask -
              gw - dev) n’a pas d’importance.

EXEMPLES

       route add -net 127.0.0.0
              ajoute   l’entrée  loopback  normale,  en  utilisant  le  masque
              255.0.0.0 (réseau de classe A, selon l’adresse  de  destination)
              et   associée   avec  l’interface  "lo"  (en  supposant  que  ce
              périphérique a été correctement configuré avec ifconfig(8)).

       route add -net 192.56.76.0 netmask 255.255.255.0 dev eth0
              ajoute une route vers  le  réseau  192.56.76.x  via  "eth0".  Le
              masque  de  classe C n’est pas vraiment nécessaire ici car 192.*
              est une adresse IP de classe C. Le mot "dev" peut être omis.

       route add default gw mango-gw
              ajoute une route par défaut (qui sera utilisée si  aucune  autre
              route  ne  convient).  Tous  les paquets empreintant cette route
              passeront par "mango-gw". Le périphérique qui sera effectivement
              utilisé  pour  cette  route  dépend  de la façon dont on atteint
              "mango-gw" -  la  route  statique  vers  "mango-gw"  devra  être
              préalablement configurée.

       route add ipx4 sl0
              ajoute  une  route  vers  l’hôte "ipx4" via l’interface SLIP (en
              supposant que "ipx4" est l’hôte SLIP).

       route add -net 192.57.66.0 netmask 255.255.255.0 gw ipx4
              Cette commande route  le  réseau  "192.57.66.x"  par  l’ancienne
              route vers l’interface SLIP.

       route add 224.0.0.0 netmask 240.0.0.0 dev eth0
              Ceci est une commande mal documentée et les gens savent ce qu’il
              faut faire? Ceci force  toutes  les  routes  IP  des  classes  D
              (multicast)   à   passer  par  "eth0".  C’est  la  configuration
              correcte, normale pour un noyau supportant le multicast.

       route add 10.0.0.0 netmask 255.0.0.0 reject
              Installe une route ’rejetée’ pour le réseau privé "10.x.x.x."

RESULTATS

       Le contenu des tables de routage du  noyaus  est  affiché  en  colonnes
       comme suit

       Destination
              Le réseau ou hôte destination.

       Gateway
              L’adresse de la passerelle ou ’*’ si indéfini.

       Genmask
              Le    masque    de   réseau   pour   le   réseau   destinataire;
              ’255.255.255.255’ pour un hôte et ’0.0.0.0’ pour  la  route  par
              défaut ( default ).

       Indicateurs
              Les indicateurs possibles sont
              U (la route est active = up)
              H (la cible est un hôte)
              G (utilise comme passerelle)
              R (rétablit la route pour le routage dynamique)
              D (dynamiquement configurée par le démon ou par redirect)
              M (modifiée par le démon de routage ou par redirect)
              !  (rejète la route)

       Metric La  ’distance’  à  la cible (habituellement comptée en hops). Ce
              n’est pas utilisé par les noyaux récents, mais peut-être  requis
              par certains démons de routage.

       Ref    Nombre  de  références à cette route. (Pas utilisé dans le noyau
              Linux.)

       Use    Count of lookups for the route.  Depending on the use of -F  and
              -C this will be either route cache misses (-F) or hits (-C).

       Iface  Interface  vers  laquelle  les  paquets  empruntant  cette route
              seront envoyés.

       MSS    Taille de segment maximum par défaut pour les connexions TCP sur
              cette route.

       Window Taille  de  fenêtre par défaut pour les connexions TCP sur cette
              route.

       irtt   RTT Initial (Round  Trip  Time).  Le  noyau  utilise  ceci  pour
              essayer les meilleurs paramètres protocolaires TCP sans attendre
              de réponse (éventuellement tardive).

       HH (seulement caché)
              Le nombre d’entrées ARP et de routes cachées  faisant  référence
              au  cache  d’en-tête matériel pour la route en cache. Ce sera la
              valeur -1 si aucune adresse  matérielle  n’est  nécessaire  pour
              l’interface de la route cachée (p.ex. lo).

       Arp (seulement caché)
              Indique  si  oui  ou  non  l’adresse matérielle pour la route en
              cache est encore à jour.

FICHIERS

       /proc/net/ipv6_route
       /proc/net/route
       /proc/net/rt_cache

VOIR AUSSI

       ifconfig(8), netstat(8), arp(8), rarp(8)

HISTORIQUE

       Route pour Linux a été originellement écrit par  Fred  N.  van  Kempen,
       <waltje@uwalt.nl.mugnet.org>  puis modifié par Johannes Stille et Linus
       Torvalds pour pl15. Alan Cox a ajouté les options concernant la gestion
       des  fenêtres et MSS pour Linux 1.1.22. Le support de irtt et la fusion
       avec netstat ont été réalisés par Bernd Eckenfels.

AUTEUR

       Maintenu  par  Phil  Blundell  <Philip.Blundell@pobox.com>   et   Bernd
       Eckenfels <net-tools@lina.inka.de>.

TRADUCTION

       Jean-Michel VANSTEENE <vanstee@worldnet.fr>