Provided by: manpages-fr-extra_20111118_all bug

NOM

       chattr - Modifier les attributs des fichiers d'un système de fichiers Linux

SYNOPSIS

       chattr [ -RVf ] [ -v version ] [ mode ] fichiers...

DESCRIPTION

       chattr modifie les attributs des fichiers d'un système de fichiers de Linux.

       La représentation symbolique d'un mode est de la forme +-=[acdeijstuADST].

       L'opérateur  « + » permet d'ajouter les attributs sélectionnés à la liste des attributs du
       fichier ; « - » permet de les enlever ; et « = » permet de définir les seuls attributs que
       les fichiers auront.

       Les  lettres  « acdeijstuADST »  sélectionnent les nouveaux attributs des fichiers ; ajout
       uniquement (a : append), compressé (c : compressed), pas pour dump (d : no  dump),  format
       étendu (e : extent format), immuable (i : immutable), journalisation des données (j : data
       journalling), suppression sécurisée (s : secure deletion),  pas  de  fusion  des  fins  de
       fichiers  (t :  no tail-merging), non supprimable (u : undeletable), pas de mise à jour de
       la date d'accès (A : no atime updates), mises  à  jour  synchrones  des  répertoires  (D :
       synchronous  directory  updates),  mises  à  jour  synchrones (S : synchronous updates) et
       répertoire racine (T : top of directory hierarchy).

       Les attributs suivants sont en lecture seule. Ils peuvent  être  affichés  par  lsattr(1),
       mais  ne peuvent pas être modifiés par chattr(1) : gros fichier (h : huge file), erreur de
       compression (E : compression error), répertoire indexé (I : indexed directory), accès brut
       au  fichier aux données compressées (X : compression raw access) et fichier sale compressé
       (Z : compressed dirty file).

OPTIONS

       -R     Modifier récursivement les attributs des répertoires et de leurs contenus.

       -V     Être bavard dans la sortie de chattr et afficher la version du programme.

       -f     Supprimer la plupart des messages d'erreur.

       -v version
              Fixer la version ou génération du fichier.

ATTRIBUTS

       Quand on accède à un fichier avec l'attribut « A », sa date d'accès (« atime ») n'est  pas
       modifiée.  Un  certain  nombre  d'entrées-sorties sur les systèmes de portables sont ainsi
       évitées.

       Un fichier avec l'attribut « a » ne peut être ouvert qu'en  mode  ajout  pour  l'écriture.
       Seul le superutilisateur ou un processus avec la capacité CAP_LINUX_IMMUTABLE peut ajouter
       ou supprimer cet attribut.

       Un fichier avec l'attribut « c » est automatiquement compressé sur le disque par le noyau.
       La  lecture  avec read du fichier renverra les données non compressées. Les écritures dans
       le fichier compressent les données avant de les  enregistrer  sur  le  disque.  Remarque :
       assurez-vous de lire la section sur les bogues et limitations à la fin de ce document.

       Quand  un  répertoire avec l'attribut « D » est modifié, les modifications sont écrites de
       façon synchrone sur le disque ; c'est équivalent à ce que  fait  l'option  « dirsync »  de
       mount, mais limité à un sous-ensemble de fichiers.

       Un  fichier avec l'attribut « d » n'est pas candidat pour être sauvegardé par le programme
       dump(8).

       L'attribut « E » est utilisé par les patches expérimentaux de  compression  pour  indiquer
       que  le  fichier  a  une  erreur de compression. Il ne peut pas être ajouté ou retiré avec
       chattr(1), il est tout de même affiché par lsattr(1).

       L'attribut « e » indique que le fichier utilise des extension pour la  correspondance  des
       blocs sur le disque. Il ne peut être supprimé avec chattr(1).

       L'attribut  « I » sert au code des arbres de hachage pour indiquer qu'un répertoire est en
       train d'y être indexé. Il ne peut pas être ajouté ou retiré avec chattr(1), il est tout de
       même affiché par lsattr(1).

       L'attribut  « h »  indique  que le fichier enregistre ses blocs dans l'unité défini par la
       taille des blocs du système de fichier au lieu de la taille des secteurs, et cela signifie
       que  le  fichier  est (ou a été) plus gros que 2 To. Il ne peut être défini ou supprimé en
       utilisant chattr(1), mais il peut être affiché par lsattr(1).

       Un fichier avec l'attribut « i » ne peut pas être modifié : il ne peut pas  être  supprimé
       ou  renommé,  aucun lien ne peut être fait vers lui et on ne peut pas y écrire de données.
       Seul le superutilisateur ou un processus avec la capacité CAP_LINUX_IMMUTABLE peut ajouter
       ou retirer cet attribut.

       Un  fichier  avec  l'attribut  « j »  aura toutes ses données écrites dans le journal ext3
       avant qu'elles soient écrites dans le fichier lui-même, que le système  de  fichiers  soit
       monté avec l'option « data=ordered » ou avec l'option « data=writeback ». Quand le système
       de fichiers est monté  avec  l'option  « data=journal »,  toutes  les  données  sont  déjà
       journalisées  et  cet  attribut  n'a aucun effet. Seul le superutilisateur ou un processus
       avec la capacité CAP_SYS_RESOURCE peut ajouter ou supprimer cet attribut.

       Quand un fichier avec l'attribut « s » est supprimé, ses blocs sont mis à zéro  et  écrits
       sur  le disque. Remarque : assurez-vous de lire la section sur les bogues et limitations à
       la fin de ce document.

       Quand un fichier avec l'attribut « S » est modifié,  les  modifications  sont  écrites  de
       façon synchrone sur le disque ; c'est équivalent à ce que fait l'option « sync » de mount,
       mais limité à un sous-ensemble de fichiers.

       Un répertoire avec l'attribut « T » va se faire passer pour le  répertoire  de  plus  haut
       niveau auprès de l'allocateur de blocs Orlov. Il s'agit d'une indication pour l'allocateur
       de blocs utilisé par ext3 et ext4 indiquant que les sous-répertoires de ce  répertoire  ne
       sont  pas  liés et doivent donc être dispersés à différents endroits lors des allocations.
       Appliquer l'attribut « T » sur le répertoire /home est par exemple une très bonne idée, ce
       qui  permet  à  /home/jean  et /home/marie d'être placés dans différents groupes de blocs.
       Pour les répertoires qui n'ont pas cet attribut, l'allocateur de blocs Orlov  essaiera  de
       grouper les sous-répertoires le plus près possible les uns des autres.

       Un  fichier  avec  l'attribut  « t » n'aura pas de bloc partiel en fin de fichier fusionné
       avec  d'autres  fins  de  fichiers  (pour  les  systèmes   de   fichiers   permettent   le
       « tail-merging »).  Cela  est  nécessaire  pour des applications comme LILO, qui lisent le
       système de fichiers directement et ne connaissent pas le « tail-merging ».  Remarque :  Au
       moment  de  l'écriture  de  cette page de manuel, les systèmes de fichiers ext2 et ext3 ne
       gèrent toujours pas le « tail-merging » (à part dans des patch très expérimentaux).

       Quand un fichier avec l'attribut « u » est supprimé,  son  contenu  est  sauvegardé.  Cela
       permet  à  l'utilisateur  de  demander sa récupération. Remarque : assurez-vous de lire la
       section sur les bogues et limitations à la fin de ce document.

       L'attribut « X » est utilisé par les patches expérimentaux de  compression  pour  indiquer
       qu'on  peut  accéder directement au contenu brut du fichier compressé. Il ne peut pas être
       ajouté ou retiré avec chattr(1), il est tout de même affiché par lsattr(1).

       L'attribut « Z » est utilisé par les patches expérimentaux de  compression  pour  indiquer
       que  le  fichier  compressé  est  « sale ».  Il  ne  peut  pas  être ajouté ou retiré avec
       chattr(1), il est tout de même affiché par lsattr(1).

AUTEUR

       chattr a été écrit par Rémy Card <card@masi.ibp.fr>.  Et  est  actuellement  maintenu  par
       Theodore Ts'o <tytso@alum.mit.edu>.

BOGUES ET LIMITATIONS

       Les  attributs  « c »,  « s »  et « u » ne sont pas respectés par les systèmes de fichiers
       ext2 et ext3 tels qu'ils sont implémentés dans les noyaux Linux actuels. La gestion de ces
       attributs  pourrait  être  implémentée  dans des versions futures des systèmes de fichiers
       ext2 et ext3.

       L'option « j » n'est utile que si le système de fichiers est monté en tant que ext3.

       L'option « D » n'est utile que sur les noyaux Linux 2.5.19 et supérieurs.

DISPONIBILITÉ

       chattr    fait    partie    du    paquet    e2fsprogs    et     est     disponible     sur
       http://e2fsprogs.sourceforge.net.

VOIR AUSSI

       lsattr(1)

TRADUCTION

       La  traduction  de  cette  page  de  manuel  est  maintenue  par  les  membres de la liste
       <debian-l10n-french AT lists DOT debian  DOT  org>.  Veuillez  signaler  toute  erreur  de
       traduction par un rapport de bogue sur le paquet manpages-fr-extra.