Provided by: manpages-fr-dev_3.32d0.2p4-1_all bug

NOM

       chroot - Modifier le répertoire racine

SYNOPSIS

       #include <unistd.h>

       int chroot(const char *path);

   Exigences  de  macros  de  test de fonctionnalités pour la glibc (consultez
   feature_test_macros(7)) :

       chroot() :
           Depuis la glibc 2.2.2 :
               _BSD_SOURCE ||
                   (_XOPEN_SOURCE >= 500 ||
                       _XOPEN_SOURCE && _XOPEN_SOURCE_EXTENDED) &&
                   !(_POSIX_C_SOURCE >= 200112L || _XOPEN_SOURCE >= 600)
           Avant la glibc 2.2.2 : aucune

DESCRIPTION

       chroot() remplace le répertoire racine du processus appelant par  celui
       spécifié  par  le chemin path. Ce répertoire sera utilisé comme origine
       des chemins commençant par /. Le répertoire racine est hérité par  tous
       les enfants du processus appelant.

       Seul  un  processus  privilégié  (sous  Linux :  un  processus ayant la
       capacité CAP_SYS_CHROOT) peut appeler chroot().

       Cette fonction change un des ingrédients de l'algorithme de  résolution
       des chemins, et ne modifie rien d'autre.

       Notez  que  cet  appel système ne modifie pas le répertoire de travail,
       aussi « . » peut se retrouver en‐dehors de l'arbre dont la  racine  est
       « / ».  En  particulier, le superutilisateur peut s'évader d'un « piège
       chroot » en faisant :

           mkdir foo; chroot foo; cd ..

       Cet  appel  ne  ferme  aucun  descripteur  de  fichier,  et   de   tels
       descripteurs  peuvent permettre un accès à des fichiers hors de l'arbre
       dont la racine est le nouveau « / ».

VALEUR RENVOYÉE

       S'il réussit, cet appel système renvoie 0. S'il échoue, il  renvoie  -1
       et remplit errno en conséquence.

ERREURS

       Suivant  le type de système de fichiers, plusieurs erreurs peuvent être
       renvoyées. Les plus courantes sont les suivantes :

       EACCES L'accès à  un  élément  du  chemin  est  interdit.  (Voir  aussi
              path_resolution(7).)

       EFAULT path pointe en dehors de l'espace d'adressage accessible.

       EIO    Une erreur d'entrée-sortie s'est produite.

       ELOOP  path  contient  une  référence  circulaire  (à  travers  un lien
              symbolique)

       ENAMETOOLONG
              path est trop long.

       ENOENT Le fichier n'existe pas.

       ENOMEM Pas assez de mémoire pour le noyau.

       ENOTDIR
              Un élément du chemin d'accès path n'est pas un répertoire.

       EPERM  L'appelant n'a pas les privilèges suffisants.

CONFORMITÉ

       SVr4, BSD 4.4, SUSv2 (considéré comme historique). Cette fonction n'est
       pas décrite dans POSIX.1-2001.

NOTES

       Un  processus fils créé avec fork(2) hérite du répertoire racine de son
       père. Le répertoire racine n'est pas modifié par un execve(2).

       FreeBSD a un appel système jail() plus solide.

VOIR AUSSI

       chdir(2), path_resolution(7)

COLOPHON

       Cette page fait partie de  la  publication  3.32  du  projet  man-pages
       Linux.  Une description du projet et des instructions pour signaler des
       anomalies      peuvent      être       trouvées       à       l'adresse
       <URL:http://www.kernel.org/doc/man-pages/>.

TRADUCTION

       Depuis  2010,  cette  traduction est maintenue à l'aide de l'outil po4a
       <URL:http://po4a.alioth.debian.org/>   par   l'équipe   de   traduction
       francophone        au        sein        du       projet       perkamon
       <URL:http://perkamon.alioth.debian.org/>.

       Christophe Blaess  <URL:http://www.blaess.fr/christophe/>  (1996-2003),
       Alain   Portal   <URL:http://manpagesfr.free.fr/>  (2003-2006).  Julien
       Cristau et l'équipe francophone de traduction de Debian (2006-2009).

       Veuillez  signaler  toute  erreur   de   traduction   en   écrivant   à
       <debian-l10n-french@lists.debian.org> ou par un rapport de bogue sur le
       paquet manpages-fr.

       Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de  ce  document
       en utilisant la commande « man -L C <section> <page_de_man> ».