Provided by: manpages-fr-extra_20111118_all bug

NOM

       rpc.nfsd - Processus serveur NFS

SYNOPSIS

       /usr/sbin/rpc.nfsd [options] nombre-de-processus

DESCRIPTION

       Le  programme rpc.nfsd implémente la partie utilisateur du service NFS.
       Les principales actions sont prises en charge par le module noyau nfsd.
       La  partie  utilisateur  se  contente  de préciser quel sont les tuyaux
       (sockets) que le service noyau doit écouter, quelles versions de NFS il
       doit  prendre  en  charge  et  combien  de  processus (threads) il doit
       lancer.

       Le démon rpc.mountd fournit un service auxiliaire  nécessaire  pour  le
       traitement des requêtes de montage/démontage des clients NFS.

OPTIONS

       -d, --debug
              Mettre   en   route  l'enregistrement  des  messages  utiles  au
              débogage.

       -H, --host nom-client
              Indiquer le nom d'un client spécifique (ou son adresse) dont les
              requêtes  NFS  seront les seules acceptées. Par défaut, rpc.nfsd
              accepte les requêtes NFS de toutes les adresses réseau  connues.
              Il  faut  noter  que  lockd  (qui  effectue les verrouillages de
              fichiers pour NFS) persiste, malgré cette option, à accepter les
              requêtes  NFS  de  toutes les adresses réseau connues. Cela peut
              changer dans de futures versions du noyau Linux.

       -p, --port port
              Indiquer un port d'écoute spécifique pour les requêtes NFS.  Par
              défaut, rpc.nfsd écoute le port 2049.

       -N, --no-nfs-version version
              Cette  option  peut être utilisée pour demander à rpc.nfsd de ne
              pas prendre en charge certaines  versions  de  NFS.  La  version
              actuelle de rpc.nfsd gère les versions 2, 3 et 4 de NFS.

       -s, --syslog
              Par  défaut,  rpc.nfsd  envoie  les  messages  d'erreur  (et  de
              débogage si  l'option  adéquate  est  activée)  vers  la  sortie
              d'erreur standard. Cette option ordonne à rpc.nfsd d'enregistrer
              plutôt ces messages dans le journal système (syslog). Notez  que
              les  erreurs  rencontrées  pendant la lecture des options seront
              quand même envoyées vers la sortie d'erreur standard.

       -T, --no-tcp
              Refuser les connexions TCP des clients.

       -U, --no-udp
              Refuser les connexions UDP des clients.

       nombre-de-processus
              Préciser le nombre de processus (« threads »)  du  serveur  NFS.
              Par  défaut,  un  seul  processus  est  lancé.  Toutefois,  pour
              atteindre  des  performances  optimales,   plusieurs   processus
              peuvent  être  lancés.  La  valeur  optimale dépend du nombre de
              clients et de la charge de travail engendrée par les  connexions
              NFS.  Un  bon  point  de  départ  est  8 processus. Le programme
              nfsstat(8) permet d'observer les effets  d'une  modification  de
              cette valeur.

       Notez  bien  que  si  le  serveur  NFS  est déjà lancé, les options qui
       définissent l'hôte, le port, et le protocole seront ignorées. La  seule
       option prise en compte sera le nombre de processus indiqué, et le total
       de processus nfsd actifs sera augmenté ou diminué afin de s'aligner sur
       ce  nombre.  En  particulier, rpc.nfsd 0 arrêtera tous les processus et
       fermera donc toutes les connexions actives.

NOTES

       Si le programme a été construit avec la  prise  en  charge  TI-RPC,  il
       activera  tout  protocole et famille d'adresses qui sont marquées comme
       visibles dans la base de données de netconfig.

VOIR AUSSI

       nfsd(7),  rpc.mountd(8),   exports(5),   exportfs(8),   rpc.rquotad(8),
       nfsstat(8), netconfig(5).

AUTEUR

       Olaf  Kirch,  Bill  Hawes,  H. J. Lu, G. Allan Morris III, et un paquet
       d'autres.

TRADUCTION

       Cette page de manuel a été traduite par Thierry  Vignaud  <tvignaud  AT
       mandriva  DOT  com> en 2000 et mise à jour par Alain Portal <aportal AT
       univ-montp2 DOT fr> en  2006.  La  version  présente  dans  Debian  est
       maintenue par Sylvain Cherrier <sylvain DOT cherrier AT free DOT fr> et
       les membres de la liste <debian-l10n-french AT  lists  DOT  debian  DOT
       org>.  Veuillez  signaler  toute erreur de traduction par un rapport de
       bogue sur le paquet manpages-fr-extra.

                                  7 août 2006                      rpc.nfsd(8)